dimanche 25 juin 2017

Je Formule pour vous : Lait démêlant Cheveux secs sans rinçage



On m'a demandé il y a quelques semaines de réfléchir à un spray démêlant pour cheveux sec.
Du coup, j'ai formulé la recette ci-dessous !
Je vais être honnête : je n'ai pas eu le temps de la tester, et puis... je n'ai pas de noeuds. Du coup, bam, je le rentre dans la catégorie " Je formule pour vous.." qui n'avait pas vu un article depuis un bon moment.
Je suis partie sur une recette plutôt simple que ce soit dans le choix des ingrédients comme dans la réalisation.


La Recette : 

Phase 1 :
Eau : QSP100%
Glycérine Végétale :10%
Xanthane : 0,2%
Olivem : 3%
Macérât de Guimauve : 5%
Silicone Naturel (Isoamyl Laurate and Isoamyl Cocoate) : 3%

Phase 2 :
Hydractive : 2%
Fragrance (optionnel) : QSP100 (1 ou 2%)
Conservateur : QSP100%

QSP 100% : Quantité suffisante pour 100%. Cela signifie que vous ajoutez votre pourcentage de conservateur, selon votre conservateur puis l'eau au calcul de la recette pour arriver à 100%.




Ingrédients : 

La glycérine a un rôle d'hydratant. Elle facilitera aussi la "glisse". Le macérât de Guimauve embellit, gaine et aide à démêler les cheveux.
Le silicone naturel est un conditionneur capillaire, idéal dans les produits coiffants.
L'hydractive permet de maintenir l'hydratation.





Mode Opératoire : 

Vous pouvez réaliser cette émulsion en One Pot.

Pesez vos ingrédients et mettez les au bain marie.
A 70° (ou à fonte de l'Olivem ce qui revient au même) sortez et agitez.
A froid, ajoutez votre hydractive et votre conservateur.
Mettez votre lait dans un contenant "pschitt", pour pouvoir le sprayer !

Utilisation : 

"Sprayez" sur vos longueurs, sèches ou humides. Démêlez. Peut s'utiliser en soin, même sans problème de noeuds. Convient à tout type de cheveux, mais particulièrement adapté aux cheveux ayant besoin d'hydratation.
Selon votre type de cheveux, vous n'aurez pas forcément besoin de le rincer.



Alors, vous en dites quoi ? 
A bientôt, 
Charlie. 

jeudi 22 juin 2017

Bien Être et Médecines Alternative : L'acupuncture








L'acupuncture est une technique chinoise datant de plus de cinq mille ans qui a été importée en Europe par les Jésuites.
"Les documents écrits les plus anciens concernant l'acupuncture ont été rédigés sur plusieurs siècles et datent de l'époque des Han 200 avant J.-C. à 220 après J.-C.. Il s'agit du Huangdi Neijing, «le canon (livre) interne de l'Empereur jaune» qui réunit deux ouvrages le lingshu et le suwen, sorte de «bible» des acupuncteurs. Au fil des siècles bien d'autres ouvrages ont été écrits par les médecins chinois, mais tous s'inspirent de ce premier texte." (AFA)

L'acupuncture est basée sur le principe du "ch'i" (Qi) l'énergie vitale, et de sa circulation dans notre corps.

"Cette énergie, le qi, se caractérise en yin et yang. L'un ne peut pas exister sans l'autre. Ils sont indissociables, comme le jour et la nuit, le chaud et le froid, etc. C'est le même qi qui circulant dans l'univers fait l'alternance du jour et de la nuit ou l'alternance des saisons, qui  va circuler dans le corps humain, normalement de façon harmonieuse, sans blocage, sans contresens. 

La médecine chinoise voit donc le corps humain comme un ensemble dynamique où tout est mouvement, harmonieux et équilibré si l'on est en bonne santé. Mais à partir du moment où cette circulation est confrontée à un ou des obstacles, alors apparaissent les maladies. Ces obstacles peuvent être un déséquilibre nutritionnel, un traumatisme ou un trouble climatique (le froid, l'humidité par exemple) ou surtout essentiellement un trouble des émotions (comme la colère, l'anxiété, la tristesse, etc.)."(AFA)



Cette Énergie vitale se déplace par l'intermédiaire des 12 méridiens.

Sur ces 12 méridiens sont situées " des points".
Ces points sont très précis, et on en décompte 400. Les praticiens en utilisent en général environ 150.
Lorsque quelque chose ne va pas dans notre corps, lorsqu'un organe a un problème, la circulation de l'énergie vitale est bloquée.
L'acupuncture, comme de nombreuses médecines de l'Extrême Orient ne dissocie pas les émotions et le psychisme du physique. Elle traite les deux, de manière symbiotique.

Le terme vient du latin : "acus" = "aiguille" et "pungere" = "piquer"  On pique des aiguilles sur ces points. 



L'acupuncture, pour quoi ? 

Vous pouvez consulter notamment pour des maladies chroniques, ou des douleurs, les infections à répétition. L'action positive de cette méthode est prouvée.


Une séance d'acupuncture 

La séance débute par l'identification du problème et sur l'état de l'énergie vitale du patient.
Cette identification se fait à partir d'un entretien, d'examen et de palpations.
Il dure environ 45 minutes.
Ensuite, les aiguilles sont utilisées pour stimuler les points de passage de l'énergie.
L'acupuncture repère les points avant d'appliquer les aiguilles, qui sont placées en nombre limité (6/8). La profondeur est variable, entre quelques millimètres et un cm : jusqu'à ce que l'acupuncteur sente la "couche d'énergie".
En général, on ne laisse en place les aiguilles que quelques secondes pour une "dispersion". Quelques minutes pour une "tonification". Plus longtemps pour une "harmonisation".
Les aiguilles ne doivent pas rester comme ça sur le corps, le praticien doit les "stimuler" régulièrement.


Après la séance, vous pouvez éventuellement ressentir de la fatigue, une sensation de faiblesse, une recrudescence des douleurs.. cela est provisoire.
Avant et après, on évite les activités qui font "circuler trop fortement l'énergie" (consommation d'alcool, repas, bain chaud, activités violentes).

Le nombre de séances dépendra de la pathologie et du patient (âge, état de santé, hygiène de vie) et est décidé d'un commun accord, ainsi qu'en fonction de l'évolution de la maladie.

La disparition du symptôme est en général synonyme d'une amélioration mais pas de guérison, le symptôme n'étant qu'une "manifestation superficielle".


Un diplôme reconnu mais une pratique non contrôlée.

N'importe quel médecin peut vous proposer une séance d'acupuncture.. même sans diplôme.
Pourtant, la pratique est reconnue, et il existe un diplôme officiel.
Cependant, tout comme un diplômé peut ne pas maitriser la pratique, des non diplômés peuvent être efficace. Attention dans le choix de votre praticien donc.
La législation limite uniquement la pratique aux médecins et aux sages femmes.

Précautions et limites 

Les aiguilles doivent être à usage unique, vérifiez bien qu'elles soient neuves avant application par votre acupuncteur.
Comme pour toute médecine dite "douce" ou "alternative", attention aux charlatans.
De même, ne cessez pas tout traitement notamment en cas de pathologie grave, parce que vous tentez l'acupuncture.
L'acupuncture est une médecine faisant "réagir" le corps. Pour des maladies nécessitant des traitements ou de la chirurgie, elle a ses limites. Donc, on ne se met pas en danger, et on accepte de passer à autre chose.

Attention pendant la grossesse, certains points sont "interdits". (risque de provoquer l'accouchement).



Et vous avez-vous déjà testé l'acupuncture ? 
A bientôt, 
Charlie 








Sources : 
medecinechinoise.org
psychologies.com
Onmeda.fr
Acupuncture-france.com

mardi 20 juin 2017

Réaliser sa Lessive au Naturel




Aller, zou, si on réalisait notre lessive maison ? 
Un article pas très original, mais l'occasion de faire le point sur la manière de réaliser sa propre lessive ! 


*Pour réaliser votre lessive maison, commencez par faire savon un 100% Coco. (saponification à froid)
Huile végétale de coco 100%
Soude à recalculer.
Prévoyez un très léger surgras de sécurité de 1 ou 2%. 
Vous pourrez le démouler et le découper rapidement. Râpez votre savon.



Si vous ne faites pas de saponification à froid, on trouve parfois des 100% coco en savon de ménage. 

Vous avez ensuite plusieurs choix :

*Mélanger votre savon râpé avec de l’eau : comptez 1,5L pour 125 grammes de copeaux de savon. Faites fondre, mettez dans votre bidon, ajoutez 2L d’eau chaude, secouez.
Si le mélange est trop épais, vous pourrez ultérieurement ajouter de l’eau (il faudra alors réchauffer le mélange.)
Vous pouvez ajouter des huiles essentielles, du parfum..


*Vous pouvez aussi choisir d’effectuer un « relargage » sur votre savon afin de le débarrasser de la glycérine et des impuretés, et éviter ainsi d’encrasser votre machine. 

L’idée est de le faire fondre dans une eau saturée de sel.

Vous portez eau et sel à ébullition jusqu’à dissolution totale du sel.
On compte 400g de sel par litre d’eau environ, et un peu plus de solution saline que le poids du savon que vous souhaitez relarguer.
Puis ajoutez votre savon préalablement découpé (en dés, ou râpé.) 

Laissez sur le feu pendant plusieurs heures, en remuant régulièrement et en ajoutant de l’eau.
Laissez refroidir, récupérez votre pate à savon, et rincez là afin de la débarrasser du sel. Laissez sécher.



Vous avez obtenu ce que l’on appelle le « cocoate de sodium »

Ce produit sera une base nettoyante intéressante pour réaliser votre lessive et vos produits de ménage.
Vous pouvez lui ajouter du bicarbonate de soude, des cristaux de soude, des tensioactifs, des huiles essentielles, du parfum... Sans oublier de l’eau bien entendu. 



Vous pouvez partir sur la même base que la première partie. 
Un conseil concernant les parfums : ils tiennent rarement en étant intégrés dans la lessive. 
Par contre, placé avec du vinaigre blanc dans l'espace " adoucissant" de votre machine, le parfum reste et parfume votre linge. 
Pour ma part, j'ajoute quelques gouttes des fragrances LFDS.. Ça sent bon ! 





vendredi 16 juin 2017

Cosmétique HM et surconsommation ?


Lorsque j'ai commencé la cosmétique maison, j'ai été, comme beaucoup, prise dans la frénésie du moment et de l'achat compulsif.
Je voulais tout.
Tous les émulsifiants, toutes les huiles, tous les tensioactifs, tous les actifs...
En plus, on achète parce que ça a l'air chouette, et on se retrouve avec des produits que l'on "sait même pas pourquoi on les a acheté, d'abord" !
Ce qui fait qu'au final, nous oublions une des raisons qui font que nous nous sommes tourné-e-s, (souvent en tout cas), vers la cosmétique maison : les économies et la volonté de ne plus dépenser n'importe comment. En plus, moi qui utilisais peu de cosmétiques, je me suis mise à vouloir des tas de trucs.. Nettoyant, crèmes de ci, de ça, machins pour les cheveux.. (c'est toujours le cas, de ce point de vue là, mais c'est surtout que j'aime trop formuler)




Et évidemment, je n'en utilisais pas ingrédients qui périssaient dans mes placards.

Avec le temps, j'ai arrêté. Parce que je souhaite consommer moins, et mieux, et que franchement, jeter des produits cause dluo dépassée, ça fait mal au coeur.

J'ai donc déterminé quels produits me convenaient ou non, et j'ai choisi des "bases". Je me suis limitée dans les actifs qui correspondaient réellement à mes besoins, sauf occasionnellement.
Sur la boutique, je propose mes inconditionnels mais aussi d'autres produits, parce que bien évidemment nous n'avons pas les mêmes, mais j'essaie quand même de ne pas multiplier les actifs identiques.

Personnellement, pour faire mon choix, je me suis demandé quels étaient les produits que j'utilisais le plus souvent.



Les beurres de karité et de cacao sont pour moi indispensables.
En plus un bon beurre de cacao, c'est idéal pour la cuisine, tout comme l'huile végétale de coco vierge (vérifiez bien que vos huiles et beurres soient aussi de grade alimentaire.)
À ces deux là, j'ajoute pour la cosmétique de l'huile d'amande douce, de macadamia et de l'huile de jojoba.
La dernière pour la peau à problèmes de mon visage, la seconde parce que c'est une huile sèche, et la première parce qu'elle est idéale pour les peaux sèches.
J'ajoute le caprylis et le squalane, émollient et toucher secs.



J'ai encore des tas d'émulsifiants (des restes), mais j'utilise en fait principalement l'olivem et la polawax. Ce sont pour moi les plus polyvalentes, et la seconde peut s'utiliser dans les produits de douche.

J'ai plus de tensioactifs, parce que le produit lavant idéal en contient plusieurs, et que les pouvoirs lavant varient en fonction des TA mais doivent aussi varier en fonction de l'utilisation.
Donc : SCS, SCI, SLSA, decyl glucoside et cocamidopropyl betaine.

Je n'utilise plus d'hydrolat. Parce que c'est tellement fragile que ça m'embête pour la conservation.
Donc, j'ai un bidon d'eau déminéralisée et c'est suffisant.

J'ai toujours de la glycérine végétale, de l'alcool cétylique et de la gomme xanthane.


Pour les actifs, mes chouchous sont l'avoine colloïdale, l'hydractive, le panthénol, le silicone naturel. Une argile et quelques huiles essentielles de base : Tea tree, Lavande et Citron sont pour moi indispensables. Mes fragrances préférées de La Folie des Senteurs.




Bien évidemment, j'aime ajouter d'autres actifs.
Mais la base est pour moi celle là, et c'est déjà pas mal.
Mais ça réduit clairement par rapport à ce que j'avais au départ.
Et ces ingrédients là, je sais que je vais les utiliser !
Ça vous semble beaucoup ?
Je suis en gros à 25 ingrédients + deux conservateurs.
Si je peux vous donner un conseil, achetez des produits qui peuvent vous servir pour des choses différentes. Du polyvalent. Sinon, vous allez cumuler, utiliser une fois et oublier que vous avez ces produits. Je crois qu'il faut un peu de temps, pour réussir à faire la part des choses, ne pas surconsommer toute en se faisant plaisir. Si vous avez réussi dès le début, félicitations !


En attendant, regardez dans vos placards et racontez-moi donc un peu ce qu'il y a dedans !

Cet article rejoint les articles sur les indispensables selon moi :
* Indispensables peau
* Indispensables cheveux 




Ça, c'était avant.. (et il n'y a pas tout... )
Mais il faut être honnête, j'ai reçu beaucoup de produits en test ! 

A bientôt, 

Charlie 



lundi 12 juin 2017

Laissez votre maillot tranquille !



Ce matin, en cherchant une info que j'ai oublié c'était quoi, je suis tombée sur l'article " Je ne m'épile plus la mounette " du blog " Le corps, la maison, l'esprit". 
Comme il était 5h30, j'ai eu un léger bug, le temps que ça me monte au cerveau.
Je me suis dit, oui, bon, pourquoi elle nous raconte ça ?


Comme j'avais la flemme de regarder la vidéo, je suis allée voir les commentaires, et de nombreuses réflexions étaient sur la "taille" de l'épilation, sur "avant, c'était juste ce qui dépassait du maillot de bain, et maintenant..." 

Re-bug, puis illumination.
Oui, je peux être un peu lente le matin. Je vous rappelle qu'il était 5h30.



Ah, on parle de ça. D'accord.
Bon, outre le fait qu'on touche à du privé, du carrément intime... Je me suis demandée pourquoi c'était genre important de le dire.
Du coup je suis allée faire quelques recherches.
Outre l'épilation "des bords", on a l'épilation type ticket de métro plus ou moins large, le brésilien, l'épilation intégrale et épilation en forme de ce que vous voulez avec pochoir... et vous pouvez même le colorer.


Bon, si vous voulez hein.

Une flèche rouge, type "c'est par là", ça peut être sympa après tout. (ironie inside)



Treatwell, une plateforme de soin de beauté a réalisé un sondage et avec les réponses a sorti les statistiques suivantes :

 Les maillots les plus demandées sont :
- 41% : Maillot intégral
- 37% : Maillot brésilien
- 16% : Ticket de métro
- 6% : Maillot classique
→ Tendance par âge : + 31% de maillot intégral chez les 18-24 ans

D'après l'IFOP, une femme sur deux de moins de 25 ans choisirait le maillot intégral.

La revue médicale Jama Dermatology a publié une étude intitulée Pubic Hair Grooming Prevalence and Motivation Among Women in the United States". 

Réalisée en  2013 (ça date un peu donc et on a vu que l'évolution de l'épilation intégrale la place à la hausse) sur une sélection de 3316 femmes de 18 à 65 ans, elle montre que 83% indiquent s'épiler le maillot, 62% indiquant avoir déjà pratiqué l'épilation intégrale. 
("A total of 1710 women (62.1%) reported removing all their pubic hair at some point")

Je vous mets quelques unes des questions avec leurs pourcentages de réponses, celles que j'ai trouvé les plus intéressantes, notamment les raisons poussant à l'épilation.





Pourquoi il faut vraiment faire attention avec cette pratique ? 

Déjà, notez que l'hygiène des instituts de beauté, c'est pas toujours ça..
Ensuite, si vous le faites à la maison, vous pouvez vous couper avec le rasoir ou vous brûler avec la cire, et les blessures génitales, c'est vraiment pas un truc sympa.

La peau est très fragile, donc irritée par le rasage ou l'épilation. La repousse est difficile, et se pose très souvent le problème des poils incarnés. Attention aux conséquences ! La peau étant lésée, souvent avec de petits plaies microscopiques, les bactéries trouvent un terrain super sympa pour se développer !

Autre souci  et pas des moindres : Les poils pubiens ont un rôle PROTECTEUR. S'il ne sont plus là, ils ne peuvent plus l'assumer.
Bonjour irritations, infections en tout genre... De plus, ils ne protègent plus la peau très fragile des frottements, et la peau peut être rapidement lésée.
Bref, bienvenus aux abcès, cystites, mycoses... et j'en passe.

Comme le dit en 2012 dans The Independant, Emily Gibson, directrice du centre médical de la Western University de l’État de Washington :
"Lorsque l’irritation est combinée à l’environnement chaud et humide des organes génitaux, on a un milieu de culture parfait pour certaines des plus méchantes bactéries pathogènes."


Photo Abimelec dermatologue
Le dermatologue français François Desruelles, accuse quant à lui l’épilation de favoriser le molluscum contagiosum, une infection virale qui prend la forme d'une excroissance de peau, et  contagieuse par voie sexuelle. 




Et si vraiment vous y tenez.. 

Faites attention à votre choix pour l'épilation : institut, chez vous, rasoir, épilateur, cire...
Désinfectez et faites un gommage tout doux avant.
Hydratez (sauf muqueuses, hein n'y mettez pas n'importe quoi)
Portez des sous-vêtements en coton, et non en matière synthétique, et des vêtements pas trop serrés.

Pour conclure 

Les poils pubiens ne sont pas "sales" et l'épilation du maillot est loin d'être "hygiénique".
Elle peut au contraire être dangereuse.
Seul avantage "hygiénique" de l'épilation intégrale : le pou du pubis est en voie de disparition.
(Le morpion, quoi..!)
Selon les choix que vous faites, soyez prudents et prenez soin de vous (et faites le pour vous !)


Et vous vous en pensez quoi ? 
A bientôt, 

Charlie 

vendredi 9 juin 2017

Mais à quoi tu sers ?




Arrivé à un certain âge, ou après quelques années (voir quelques mois) en couple, on entend souvent la question suivante :
"Et le bébé c'est pour quand ?"

Pour ma part, j'arrive sur mes 31, chéri sur ses 39, donc ça fait déjà quelques années que les gens se posent de questions...

Medley des commentaires les plus "courants"





"Vous allez faire un bébé ?
- Heu, bah non, je suis au chômage, là ce n'est pas trop le moment
- Bah si justement tu es à la maison"

(Gros blanc - et l'argent ?)

"Faudrait peut être s'y mettre, hein, l'horloge tourne"

"Tu seras bientôt trop vieille"

" Bon, ok tu as pas de chambre d'enfant, mais il peut dormir avec vous"

" Ça vous changera les idées" (si, si) "

"J'ai une nouvelle à vous annoncer !
-Tu es enceinte ????
-Heu non..."

" C'est quand que tu fais un enfant ?
Heu, j'en veux pas en fait.
Bah, tu changeras d'avis"


Tout ça évidemment, en pleine réunions de famille, fêtes, et tout le tralala.

Comme si, à un moment de la vie, la femme se définissait uniquement à travers son futur rôle de mère.
Allez dire que vous ne voulez pas d'enfant.. Que c'est une chose dont on a parlé, reparlé avec mon homme, et que nous avons fait un choix, objectif, en prenant en compte des tas de choses qui ne regardent que nous.


Entendre :
"Mais c'est tellement beau d'avoir un enfant",
"On aime jamais autant quelqu'un que son enfant"
"Tu ne sais pas à côté de quoi tu passes".
"Tu changeras d'avis plus tard"...
Et j'en passe... au bout de quelques années, c'est assez usant.

Je pense, pour ma part, que je n'ai pas à me justifier de ne pas ressentir ce besoin.
Est-ce que parfois, j'en ai envie ? Oui.
Est-ce que j'aime les enfants ? Oui.
Mais au final, l'envie est passagère et j'en reviens à mon point de départ : les enfants, c'est mieux chez les autres.
Je vais même plus loin : si demain, je tombais enceinte pas accident, je ne garderais pas cet enfant.
La venue d'un enfant doit être désirée, choisie mais aussi pensée selon moi.

J'estime que si on ne comprends pas mon choix, on doit le respecter.
Pourtant, il semble que la volonté de ne pas avoir d'enfant soit totalement incomprise par une majorité de la population.
Mais pourquoi ?



Pourquoi à partir d'un certain âge, la femme se définit-elle par sa capacité à expulser un petit être par son vagin ?
En quoi avoir des enfants est-il une condition au bonheur ?
Pourquoi devrais-je, moi, me justifier de mon choix de ne pas avoir d'enfant ?
Justifiez-vous le fait d'en vouloir ou d'en avoir ?

La philosophe canadienne Christine Overall dans son livre Why Have Children ? retourne la situation. En quoi est-ce normal d'avoir des enfants ? 
Pourquoi voulez vous faire des enfants ? Parce que c'est votre instinct naturel ? En quoi est-ce une bonne chose de le suivre ? Parce que vous en ressentez l'envie et le besoin ? N'est-ce pas relativement égoïste, surtout dans le monde d'aujourd'hui ? 
L'instinct naturel pousse à la reproduction pour assurer la survie de l'espèce.
Bon, de ce côté là, je pense qu'on est bon, vu la population mondiale qui s'élève à 7,4 milliards de personnes. On court un peu à la surpopulation non ?

Cela étant, tout cela n'est pas étonnant.
La contraception, la possibilité de contrôler le fait d'être enceinte ou non est récente : la loi de légalisation date de 1967. 
Avant cela, on tombe enceinte, point. Vous faites des enfants. Vous devenez mère, père.
Comme l'indique Valérie Colin Simard, psychothérapeute et écrivain c'est le fait de pouvoir ne PAS avoir d'enfants qui va en faire un désir - ou non. 

On est heureux du taux de natalité en France : 1,93 par femme en 2016. ( et encore, taux en baisse!)
Record européen en Europe. (Insee)
On pratique une politique familiale qui "pousse à l'enfantement".
Pourtant, les "No Kids" comme ils sont appelés, sont 6,3 % des hommes et 4,3 % des femmes, selon l'enquête « Fecond », réalisée en 2010 auprès de 5 275 femmes et 3 373 hommes âgés de 15 à 49 ans par l'INED et l'Institut national de la santé et de recherche médicale. 
Certes une minorité, mais une minorité toujours incomprise, remise en question. 
Dans un couple, l'enfant est la "suite logique".
La pression reste majoritaire sur les femmes. 
Le conditionnement reste présent : être mère, dans une société patriarcale, c'est se réaliser.
La pression de la société est telle qu'il FAUT avoir des enfants.



Un exemple qui selon moi en dit long :
La vasectomie, la stérilisation des hommes est aujourd'hui une pratique relativement courante, bien qu'autorisée pour raison contraceptive que depuis 2001 en France.
( Elle se pratique aux USA depuis les années 60)
Certes c'est une opération qui peut rebuter les hommes, mais qui, dans l'inconscient collectif, choquera moins qu'une stérilisation féminine.
En effet, bizarrement, parler d'une vasectomie choquera toujours moins que de parler d'une hystérectomie (bon, ce n'est pas le seul moyen de contraception définitive évidemment)
Et encore, majoritairement, il s'agit de couples ayant eu des enfants et n'en souhaitant plus.

La stérilisation est sujet tabou, et une femme faisant ce choix doit affronter "le monde de la médecine".
En 2010, la CPAM a même tenté de cesser d'effectuer les remboursements sur les femmes de moins de 40 ans (Décision annulée par la Halde)
D'après une enquête de Madame - Le Figaro réalisée en septembre 2014, 99% des femmes se verront refuser l'accès à la contraception définitive, les médecins utilisant leur droit de réserve.
En effet la loi précise qu': "Un médecin n'est jamais tenu de pratiquer cet acte à visée contraceptive mais il doit informer l'intéressée de son refus dès la première consultation"
Il doit donc alors diriger sa patiente vers un autre praticien. 
Dans les faits, et de nombreux témoignages les confirment : il s'agit d'un parcours du combattant. 



En bref, soyez mère, ou ne soyez pas ? 
Personnellement, j'ai fait mon choix. Et vous ? 







mercredi 7 juin 2017

Crème "Peaux Matures"


J'ai réfléchi dernièrement à une recette pour peaux matures, qui convienne aux peaux deshydratées, voir sèches, mais aussi aux peaux normales. 


La recette :

A-
Eau déminéralisée : QSP100%
Glycérine : 10%
Extrait de Rose : 3%

B-
Huile végétale de Prune : 3%
Beurre de karité brut : 2%
Macérât de Baies de Goji : 2%
Huile végétale d'Argan: 3%
Cire d'amande : 2%
Emulsifiant Polawax : 5%
Vitamine E : 0,2%
C-
Hydractive : 2%
Silicone naturel : 2%
Resveratrol : 1%
Extrait de sang de dragon : 2%
Conservateur : QSP 100%

QSP100% : Quantité suffisante pour 100%

Rappel : pour obtenir vos quantités, passez les pourcentages en grammes en réalisant un simple produit en croix :
Par exemple
100% = 30 ml
2%  = ?
=> ? = 2x30/100.

Info : À 5% de Polawax pour 10% d'huile, l'émulsion peut être difficile à stabiliser, même si la cire est là pour aider (ainsi que le fait qu'il y ait du beurre de karité brut) Si vous avez "peur", n'hésitez pas à ajouter de l'alcool cétylique à hauteur de 2% (que vous enlevez à l'eau) voir de la gomme xanthane (0,2%) dans votre phase aqueuse.

J'ai fait le choix d'une émulsion fluide plus agréable pour la période.

Les Ingrédients :

La Glycérine est un hydratant.
L'extrait de Rose est hydratant, augmente l'élasticité de la peau et est idéal pour les peaux sensibles tout en apportant un parfum agréable à votre crème.
L'huile végétale de Prune est adoucissante et antioxydante.
Le Beurre de karité brut nourrit, régénère, stimule la synthèse de collagène et redonne de l'élasticité à la peau.
Le macérât de Baies de Goji est un excellent stimulant des cellules de la peau, ce qui en facilite le renouvellement et protège la peau.
L'huile végétale d'Argan est nourrissante, cicatrisante, assouplissante, idéale pour les soins des peaux sèches, matures.
La Cire d'amande joue un rôle d'agent de texture tout en apportant les avantages de l'huile d'amande douce. 
La cire Polawax est l'émulsifiant. 
La vitamine E est un anti-oxydant pour les huiles végétales. 
L'hydractive est un actif qui retient l’hydratation de la peau, apaise les irritations et prévient le vieillissement prématuré.
Le silicone naturel est émollient, humectant et amoindrit l'effet traces blanches des crèmes. C'est une alternative naturelle au cyclomethicone, végétal. 
Le Resveratrol est un actif antioxydant, anti âge, anti rides... idéal pour les peaux matures.
L'extrait de sang du dragon  est antioxydant, régénérant et protecteur. Il stimule la synthèse de collagène. 


Mode Opératoire :
Réalisez une émulsion en deux phases. Mettez vos phases A et B dans des bols, et placez les au bain marie. Lorsque votre phase B est fondue, mélangez en versant progressivement la phase A dans la phase B. Emulsionnez longuement. A texture, laissez refroidir.
A froid, ajoutez votre phase C, en mélangeant entre chaque ajout.
Mettez en contenant, idéalement en airless.
Conservation variable selon votre choix de conservateur (et votre contenant). N'oubliez pas de l'indiquer sur votre étiquette.

La texture est fluide avec une bonne pénétration.

Utilisation : 
Testez au pli du coude 48h avant utilisation. 
Utilisez en crème de jour ou en crème de nuit, selon vos besoins et votre peau.
Prélevez, appliquez et massez jusqu'à pénétration.





Aller, à vos tambouilles !
N'hésitez pas à donner vos avis,
A  bientôt, 

Charlie


lundi 5 juin 2017

Shampoing Solide : Base et Personnalisation selon votre nature de cheveux.



On m'a récemment demandé si je pouvais réaliser un article sur les shampoings solide.
Un base, et les actifs selon le type de cheveux.
Et comme je ne dis jamais non... :)

Quel est l'intérêt du shampoing solide ?
* Aucun déchet
* Sa durée de vie
Pour le reste, ça dépend de vous !
Pour l'utiliser, le plus simple est encore de le frotter entre vos mains, et ensuite d'appliquer sur vos cheveux.

Aller, passons aux choses sérieuses.


Comment, donc fabriquer votre shampoing solide ? 

Un shampoing solide c'est 60/70% environ de tensioactif.
Cela peut paraitre énorme, mais il ne faut pas oublier que vous en utilisez très peu à chaque shampoing et qu'il y a un ajout d'eau au moment où vous l'utilisez, contrairement à un shampoing liquide.
Les tensioactifs sont les suivants : SCI - SLSA - SCS. Vous pouvez utiliser les 3, ou n'en choisir qu'un.
Si vous souhaitez n'en garder qu'un, utilisez le SCI.
Si vous utilisez les 3, dosez moins le SCS.

C'est ensuite 10% d'eau minérale.

On ajoute à cette préparation entre 5 et 10% d'huile ou beurre végétal, selon le type de cheveux.
Pour choisir l'huile végétale, référez vous à sa fiche technique.


Par exemple :
L'huile végétale de coco convient à peu près à tous les types de cheveux, mais plus particulièrement aux cheveux secs et crépus. 
Pour stimuler la pousse : l'huile de ricin ou de moutarde.
Pour lutter contre la chute : toujours la moutarde, et la nigelle par exemple.
Pour lisser ou sublimer les boucles : l'huile de piqui 
Pour les cheveux gras : l'huile de jojoba 
Contre les pellicules : baies de laurier. 

Le reste, ce sont les poudres et les actifs.
Là, il faut de la même manière prendre en compte votre type de cheveux.



Vous pouvez ajouter du shikakai, de la poudre de reetha, de Sidr, du rhassoul.., ce qui vous permettra aussi de diminuer votre pourcentage de tensioactif si celui-ci vous perturbe, ces poudres ayant un pouvoir lavant.
Pour les poudres, comptez 10 à 15%. (sauf si diminution des tensioactifs)

Quelles poudres ? 

Ortie piquante
: cheveux gras
Argile : à choisir selon le type de cheveux, assainissante, apaisante..
Guimauve : Gaine, démêle
Amla : chute de cheveux
Kachur Sughandi : fortifiant, stimule la pousse.
Kapoor Kachli : Stimule la pousse
Tulsi : contre les pellicules
Nagarmotha : lutte contre les pellicules, cuirs chevelus gras.
Neem : contre les pellicules
Reetha : riche en saponines, embellisseur.
Brou de noix : cheveux colorés marrons
Bardane : chute de cheveux
Pivoine : pellicule, cuir chevelu irrité
Hennés selon votre couleur de cheveux : entretien de la couleur



Vous pouvez ajouter des huiles essentielles, à hauteur de 2% maximum, en respectant les précautions d'emploi et notamment en adaptant les dosages aux différentes huiles essentielles.

Par exemple :

L'huile essentielle de Bay Saint Thomas pour stimuler la pousse et ralentir la chute des cheveux.
Cèdre de l'Atlas, Cyprès de Provence, Sauge Sclarée, Pamplemousse pour lutter contre la chute.
Le Romarin à Cinéole pour tonifier le cuir chevelu.
Le Pamplemousse ou le Romarin à Verbenone pour assainir le cuir chevelu.
L'Ylang Ylang pour la brillance.
Citron, pamplemousse, laurier noble, cèdre de l'atlas, bergamote pour l'excès de sebum 
Lemongrass, Bois de Rose si manque de volume ou cheveux fins.
Geranium, Palmarosa, Tea tree si pellicules, cuir chevelu irrité.

Pour les actifs, c'est variable selon ceux que vous ajoutez, mais ne dépassez pas 10%.

Utilisez par exemple :

Phytokératine : brillance, volume, renforce.
Protéines de riz : cheveux fins
Panthénol (provitamine B5) : fortifiant, embellissant
Silicone végétal ou naturel : gainant, lissant, conditionneur
Hydractive : maintien l'hydratation
Phytoliss : gaine, lisse.
Maca Vital : stimule la pousse, prévient la chute.
Allantoine : apaisant
Céramides végétales : cheveux colorés
Keratin protect : brillance, douceur + protecteur des différentes agressions.


Vous pouvez mettre une fragrance dosée à 2%.
Si vous n'utilisez pas la totalité de ce pourcentage de 10% ajoutez des tensioactifs.

Sachez que vous pouvez parfaitement ajouter un produit type conditionneur végétal ou BTMS à votre shampoing. 
Pensez que votre shampoing doit "se tenir".
Il ne doit pas être trop mou, trop liquide, trop sec, trop poudreux.

Donc pour résumer :


60% de tensioactifs solides
10% d'eau déminéralisée
10% d'huile végétale
10% de poudres
10% d'actifs maximum.




Par exemple :

Cheveux normaux à secs (conviendra à tous les types de cheveux, même crépus, mais ne sera pas forcément adapté en cas de problème) 

65% de tensioactifs
10% d'eau
10% d'huile végétale de coco
10% de shikakai
2% d'huile essentielle d'Ylang Ylang
3% de Panthénol

Cuir chevelu irrité, pellicules : 

60% de SCI
10% d'eau
10% d'huile de baies de Laurier
10% d'argile blanche
5% de poudre de pivoine
2% de Laurier Noble
3% de Panthénol

Cheveux gras : 

65% de tensioactifs
7% de Jojoba
10% d'eau
10% de Shikakai
2% d'huile essentielle de pamplemousse
4% de poudre d'Ortie piquante
3% de Panthénol

Chute de Cheveux - Pousse : 

63% de tensioactifs
10% d'huile végétale de ricin
10% d'eau
10% d'Amla + Kachur Sughandi
3% Silicone naturel
2% Panthénol
2% Maca Vital

Cheveux indisciplinés : 

65% de tensioactifs
3% de conditionneur végétal
10% d'huile végétale de Piqui
10% d'eau
5% de Shikakai
5% de poudre de Guimauve
2% de Phytoliss.

Le mode Opératoire : 

Pesez vos ingrédients.
Dans un bol, mettez vos tensioactifs et votre eau. Mettez au bain marie, et mélangez tout doucement.
Ajoutez votre huile. Mélangez longuement jusqu'à obtenir une pâte homogène.
Sortez du feu et ajoutez vos poudres et actifs. Mélangez.
Le tout doit bien être amalgamé.
Vous pouvez utiliser hors du feu un pilon pour écraser les tensioactifs selon leur consistance (selon les fournisseurs, il s'agit de poudre ou de petits vermicelles) et aider au mélange.
Mettez votre préparation dans un ou plusieurs moules. Evitez la formation de bulles d'air.
Votre préparation doit être bien compacte.
Laissez refroidir (vous pouvez le mettre au frigo ou au congelateur). Ne démoulez que lorsque votre shampoing est bien dur. Attendez au moins 48h avant de l'utiliser.



A vous de jouer ! 
A bientôt, 
Charlie