mardi 30 mai 2017

Chouchoutez vos cheveux abîmés


Et voici un petit masque super simple à réaliser pour chouchouter vos cheveux secs, crépus, post plage, abîmés par le sel, le soleil...


La recette :
Beurre de karité : 50%
Macérât de Guimauve : 5%
Huile d'Argan : 23%
Huile Végétale de Brocoli : 5%
Huile végétale de Ricin : 10%
Conditionneur végétal : 3%
Glycérine végétale : 3%
Optionnelle : Huile essentielle d'Ylang Ylang : 1% (en cas de non utilisation, ajoutez le 1% à l'ingrédient de votre choix)

Les ingrédients :
Le Beurre de Karité brut  : nourrissant, apporte de la brillance.
Le macérât de Guimauve : embellit, gaine, aide au démêlage.
L'huile d'Argan : idéale pour les cheveux secs, abîmés.
L'huile végétale de Brocoli : action gainante, maintient l'hydration et nourrit le cheveu.
L'huile de Ricin fortifie les cheveux, les régénère et les rehydrate.
Le conditionneur végétal est présent en tant que conditionneur et pour faciliter le rinçage.
La glycérine végétale est un agent hydratant.
L'huile essentielle d'YlangYlang lutte contre la chute.


Mode opératoire :
Mélangez tous vos ingrédients à l'exception de la glycérine et de l'huile essentielle. Placez au bain marie, jusqu'à fonte du karité. Mélangez longuement, idéalement au fouet électrique. Lorsque votre mélange prend, ajoutez la glycérine, fouettez jusqu'à intégration totale. Ajoutez l'huile essentielle d'Ylang Ylang.

Utilisation :
Appliquez sur cheveux secs ou humides.
Prélevez une noisette, faites fondre dans vos mains, et appliquez sur vos longueurs.
Laissez poser quelques minutes ou quelques heures (voir toute la nuit) selon vos besoins.
Rincez.
Utilisez-le plutôt en avant shampoing, le principe étant le même que pour un bain d'huile.

Pour ma part, je pose la veille d'un lavage, ça reste toute la nuit, et mes cheveux adorent !

Au passage, vous pouvez aussi vous tartiner avec !

Conservation : 6 mois, à l'abri de la chaleur et de l'humidité !


Alors, ça vous tente ? 
N'hésitez pas à donner votre avis !
À bientôt

Charlie 

dimanche 28 mai 2017

Medley des arguments anti vegan.


L'autre jour, je me baladais sur Facebook, et j'ai eu la grande chance de tomber sur une page assez sympathique : les Anti L214.
A force de lecture (et franchement, pourtant j'ai tellement pas de temps à perdre) je me suis dit que quand même, fallait pas pousser.
Parce qu'autant je suis pour que chacun fasse ses propres choix à son rythme, autant, j'aime l'honnêteté intellectuelle.
Donc... Voici les arguments que j'ai relevé, ceux qui reviennent le plus souvent dans la catégorie des " carnistes" et sur lesquels j'aimerais revenir..
Qui finalement accusent les "vegan" mais englobent dans le terme les "non mangeurs de viande".

1) Vous ne connaissez rien à l'élevage
Alors, clairement, qui n'est pas éleveur a forcément des lacunes. Mais là n'est pas le problème, car ce que dénoncent les vg c'est bien la finalité de l'élevage : le chemin vers la mort ; mais aussi les élevages intensifs.
En général, les gens qui viennent râler contre les vegan sont des petits éleveurs, ne confondons pas tout.

2) Et les éleveurs alors ?
Les éleveurs aujourd'hui ne roulent pas sur l'or. Ils sont exploités par les grandes surfaces, gagnent une misère. L'idée d'une reconversion n'est peut être pas si bête non ? Oui, c'est difficile, effectivement, mais pas sûre que vivre avec 350€ par mois comme certains le disent soit plus évident. On pourrait utiliser les aides publiques pour les aider plutôt que pour favoriser l'élevage intensif, par exemple. Après évidemment, je ne dis pas qu'il faut décider pour eux ou quoi que ce soit, mais.. je dis qu'il y a des possibilités.

3) Si on mange tous des légumes il va falloir plus de pesticides pour les produire
Alors là, je sais pas, hum, parle t'on de l'agriculture biologique ? De la permaculture ?
De plus, les pesticides sont utilisés et autorisés pour la production de céréales pour l'élevage.

4) On ne peut pas produire assez de céréales.
Sachant que la plus grande partie des céréales est cultivée pour nourrir les bêtes, il y a comme un problème avec cette théorie.
Le pire, c'est quand produisant tout ça pour l'homme, on pourrait agir contre la faim dans le monde..







5) Les bêtes sont bien traitées
Encore une fois, le problème n'est pas là. Alors certes, il y a une nuance, les bêtes ne sont pas bien traitées partout : parle-t-on des élevages intensif ou en batterie ? 
Dans les élevages, les poules et les poulets présents ont fait l’objet d’une intense sélection génétique. Alors qu’une poule sauvage pond au maximum 60 œufs par an, les poules des élevages modernes en pondent plus de 300, ce qui les épuise très rapidement. (L214)

6) On a toujours mangé de la viande
Alors, non, déjà. Ensuite, si on avait refusé les changements à coup d'arguments type " on a toujours fait comme ça" on aurait pas franchement évolué.
Le fait de consommer de la viande aussi régulièrement est quelque chose de très récent.
"En 50 ans, la consommation mondiale de viande a presque doublé passant de 23,1 kg en 1961 à 42,2 kg en 2011." (Planetoscope)

7) On est carnivores
L'homme n'est pas carnivore. Il est omnivore, ce qui signifie qu'il  PEUT (et non qu'il DOIT) manger de tout. MAIS, son système digestif aurait plutôt tendance à le pousser vers du végétarisme plutôt que vers une consommation de viande. Je ne vais pas revenir sur les divers débats qui s'opposent, parce que j'estime ne pas avoir les connaissances nécessaires pour le faire sur le système digestif, dentaire.. À vous de voir ce que vous en pensez.

8) La fin des paysages : adieu les prairies
Là, je suis pas sûre de comprendre, en fait. Donc, nous avons des prairies parce qu'il y a des animaux dedans ? Il est vrai qu'il y a des pâturages actuels pourraient être cultivés :  "une part non-négligeable des prairies actuellement utilisées sont considérées comme des terres arables (3,40 Mha)"
D'un autre côté, 2Mt de céréales sont utilisées chaque année pour nourrir les bovins. (Passion céréales, 2014).. Du coup l'un dans l'autre.. 
Et les pâturages peuvent aussi être maintenus par des bovins, caprins... sans les envoyer à l'abattoir ensuite, non ? Sachant que l'alimentation que l'on donne en plus aux vaches.. c'est pour les muscles, et pour faire de la bonne viande... ou du bon lait. La vache est un herbivore ! 

9) L'extinction des races dites d'élevage
Les "races d'élevage" sont donc préservées dans le but de les tuer ?

10) Le fumier
Le fumier n'est pas indispensable à la production ; par ailleurs, venez faire un tour à la campagne, on voit plus tellement de fumier dans les champs, hein.. En général, les agriculteurs utilisent de l'engrais de synthèse.

11) Vous tuez les légumes et la terre.
Alors là, je sais pas. Je sais même pas comment répondre à ça, tellement je ne comprends pas le raisonnement.
Par contre, petit point "EAU" par viande-info. 
  • En France, il faut environ 8250L d'eau pour produire la nourriture quotidienne d'un omnivore, 3600L pour produire celle d'un végétalien
  • L'élevage émet des quantités importantes de nitrates, phosphates et autres substances qui s'accumulent dans l'eau et provoquent la prolifération des algues vertes
  • Près de 80% des émissions d'ammoniac proviennent de l’élevage. L'ammoniac se dissout dans les précipitations et provoque des pluies acides
"Environ 5 000 L d’eau sont nécessaires pour produire 1 000 kcal d’aliments d’origine animale, 1 000 L si l’origine est végétale."



12) Les carences alimentaires
La seule réelle carence alimentaire concerne effectivement les vegan, qui doivent prendre un apport en vitamine B12. Mais pour les végétariens, qui ne mangent pas de viande et de poisson = pas de chair animale, il n'y a pas de risque de carence. On trouve les protéines ailleurs.
"Pour ce qui concerne le régime ovo-lacto-végétarien, qui exclut par définition les viandes rouges et blanches, le poisson, ainsi que toute chair animale, mais permet la consommation des oeufs et du lait, il n’y a pas de précautions particulières à prendre, et ce type d’alimentation ne nécessite pratiquement aucune connaissances spécifiques.
Le végétalisme nécessite de posséder quelques connaissances simples pour bien équilibrer son alimentation, (calcium, vitamine D, Acides gras et B12.)
(...)
Nos besoins en protéines sont largement satisfaits par les protéines végétales que l'on trouve dans de multiples sources, comme les céréales, les légumineuses, le soja et ses produits dérivés, les fruits oléagineux, les graines " (veganisme.fr)

13) "Le lait de vache il n'y a que ça de vrai, d'ailleurs le lait végétal est responsable de la mort d'un nourrisson"
Le lait de vache pour bébé n'est pas plus nourrissant que les laits végétaux à partir du moment où il ne s'agit pas de lait infantile.
En plus, pour que l'on puisse consommer un lait de vache, on provoque la lactation de celles-ci.  "Pour provoquer la lactation, les vaches sont inséminées environ tous les 12 mois – puis séparées de leur bébé. Épuisées au bout d’environ cinq ans de production, elles sont envoyées à l’abattoir et finissent généralement en steak haché." (L214)
Je vous suggère aussi la lecture de cet ouvrage : Vache à lait, 10 mythe de l'industrie laitière

14) Les vegans sont responsables du suicide des éleveurs.
Les vegans représentent moins de 3% de la population française. Il faut m'expliquer comment ils seraient responsables du suicide des éleveurs. Ce ne serait pas plutôt le fait qu'ils ne sont pas payés correctement pour leur travail ? Qu'ils font des horaires de fou pour aucun retour ?

15) Le méthane, les GES c'est des "conneries".
 "Selon la FAO, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde, soit plus que l’ensemble des transports réunisCes émissions de GES se répartissent comme suit. 45 % est attribuable à la production et au transport des aliments (dont 9 % imputables à la déforestation liée à l'extension des cultures et des pâturages). 39 % proviennent de la fermentation gastrique des ruminants. 10 % résultent du stockage et de l'utilisation du lisier. 6 % sont causés par le transport, l'abattage des animaux et au stockage des produits animaux.
Il apparaît que les émissions sont dues majoritairement à l'élevage des ruminants. Produire 1 kg de protéines sous forme de viande de bœuf émet en moyenne 290 kg d'éq. C02". (Viande-info ; rapport de la FAO.)

16) Si on ne mange pas les animaux on en fait quoi ?
On les laisse tranquille ? Faire leur vie tranquillement dans les champs et on arrête la reproduction intensive par exemple ? 
"Chaque jour en France, 3 millions d’animaux sont brutalement tués dans les abattoirs, et la pêche tue des dizaines de millions de poissons, blesse ou tue quantité d’autres animaux." L214. 

17) Les vidéos de L214 ne sont pas tournées en France
Oui, parce qu'en France, on tue gentiment les animaux. Si les vidéos de L214 n'étaient pas tournées en France croyez-moi que cela se saurait. Parce que le lobby de la "viande" est tellement puissant que s'ils avaient des preuves allant vers cette théorie, ils ne se seraient pas gênés pour le faire savoir.

18) La déforestation et la pollution à cause des cultures de soja.
Alors oui, sauf qu'en fait, il s'agit du soja cultivé pour l'élevage, qui est responsable de la déforestation dans le monde. Greenpeace affirme en 2009, après 3 ans d'enquête, que l’élevage bovin est responsable à 80 % de la destruction de la forêt amazonienne. 

19) Les OGM
Les OGM sont utilisés en France... principalement pour la nourriture des animaux. Animaux que "l'on" consomme.
Sachant que le seul OGM autorisé en Europe est le maïs MON810 et que sa culture n'est pas autorisée en France. 
"Plus nombreux (69) sont les OGM autorisés à l’importation, la transformation humaine et la transformation animale. Il s’agit principalement de maïs, mais également de colza, de soja et de coton, des OGM principalement destinés à l’alimentation animale.
Il existe un étiquetage obligatoire lorsque les aliments contiennent des OGM. Cette règle est commune à tous les États européens.
Doivent être étiquetés "OGM" les produits qui contiennent volontairement des OGM, et ce, quelle que soit la quantité de ces OGM dans le produit.
Si un produit contient des OGM, mais que cette présence est involontaire et inévitable, alors ces traces d’OGM sont autorisées jusqu’à 0,9% par ingrédient, sans obligation d’étiquetage." (InfoOgm.org) 


En fait, on consomme bien plus d'OGM indirectement, en consommant de la viande. 

20) Les végétariens ont une espérance de vie plus courte.
J'aimerais quand même bien voir de vraies statistiques, personnellement.
D'autant plus qu'avec la surconsommation de viande, les utilisations d'antibiotiques à gogo, parfois même en prévention...
"La consommation tend à augmenter le risque de certaines maladies (comme le cancer du colon, les maladies cardio-vasculaires, l'obésité ou le diabète de type 2) et plus généralement augmente la mortalité (Pan et al., 2012). Les liens entre consommation de viande rouge et ces maladies chroniques ont été également appuyés par l’anses dans son rapport de 2017. " (Viande Info)
En 2015, l'OMS classe la viande rouge comme cancérigène probable, et les viandes transformées type charcuterie comme cancérigène certain. 
Par exemple : "En terme de chiffres, 50 grammes de viande transformée (jambon, saucisse, saucisson, etc.) consommés par jour augmenteraient le risque de cancer colorectal de 18%. La consommation de 100 grammes de viande rouge par jour augmenterait le risque de cancer colorectal de 17%." (Vegan Pratique -)
« les alimentations végétariennes bien conçues (y compris végétaliennes) sont bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Les alimentations végétariennes bien conçues sont appropriées à tous les âges de la vie, y compris pendant la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, ainsi que pour les sportifs »  « Position of the American Dietetic Association: Vegetarian Diets », december 2016.




Tout ça pour dire une chose : manger de la viande est un choix, pas une nécessité que ce soit pour le corps ou pour la planète.
L'élevage est polluant, et écologiquement parlant une aberration. A la limite, on peut lui trouver une utilité économique, mais pour les "lobbies" pas pour les éleveurs qui eux souffrent de prix d'achats ultra bas.


Si je peux vous donner un conseil : si vous souhaitez continuer sur un régime omnivore, consommez local, et réduisez votre consommation au moins pour votre santé.
La viande à tous les repas, on évite !

Pour conclure, qu'est-ce qu'être vegan finalement ?
 "Le mouvement vegan incarne une nouveauté idéologique. Ça dépasse largement la question de défendre les animaux, de juste être sûr qu'ils ne souffrent pas. C'est une autre manière d'envisager l'humanité. On se positionne en tant qu'humain qui veut absolument se soucier des plus faibles"- Aymeric Caron.


Vous souhaitez en savoir plus ? 

 L214 - Viande-Info - Planetoscope - Passion céréales - FAO - OMS - Info OGM - 

Quelques ouvrages : 
- Elise Desaulnier,  Vaches laitières : les 10 mythes de l'industrie laitière.
- Catherine Helayel, Yes Vegan
- Gary Francione, Introduction aux droits des animaux
- Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux
- Martin Page : Les animaux ne sont pas comestibles
- Ophélie Veron,  Planète Vegan 
- Aymeric Caron, Antispéciste 
- Aymeric Caron, No steack 

Merci de faire preuve de politesse, respect, ouverture d'esprit si vous souhaitez commenter ! 

vendredi 26 mai 2017

Masque détoxifiant à l'argile noire


Un petit soin détox visage qui a l'avantage de se conserver, ça vous dit ?

Aller, hop, suivez le guide pour la recette ! (Version minute simplifiée en fin d'article)


Recette :
Eau : QSP 100%
Glycérine 10%

Huile de jojoba : 5%
Extrait de café : 3%
Polawax : 4%
Beurre de cacao brut : 2%
Cire d'amande douce : 2%

Argile noire : 10%
Conservateur : QSP 100% - au choix.

QSP 100% : Quantité suffisante pour 100%
Pour rappel, passez les pourcentage en grammes à l'aide d'un produit en croix.
Par exemple et pour simplifier : pour 50 grammes de masque, divisez par 2.
(Ex : 5% d'huile végétale => 2,5 grammes)

Les ingrédients :
La glycérine est un agent hydratant.
L'huile de jojoba est l'huile végétale la plus proche du sébum humain, elle est rééquilibrante, régulatrice, et assouplissante.
L'extrait de café stimule la detoxification de la peau.
La polawax est la cire émulsifiante. De par ses caractéristiques elle facilitera le rinçage.
Le beurre de cacao brut est antioxydant, apaisant et raffermissant.
La cire d'amande douce permet de profiter des bienfaits de l'amande douce tout en jouant un rôle sur la texture.
L'argile noire est detoxifiante.



La conservation :
Variable selon votre conservateur.
Conservez à l'abri de la chaleur et de la lumière.

Mode opératoire :
Réalisez une émulsion. Ajoutez l'argile noire à votre phase aqueuse. Mettez au bain marie.
Sortez, émulsionnez. À froid, ajouter votre conservateur.



Utilisation :
Appliquez sur peau propre, au pinceau. Laissez poser quelques minutes. Ne tentez pas de laisser sécher.
Rincez.

Recette minute : 
Si vous souhaitez le réaliser en version "minute", enlevez le conservateur, l'émulsifiant, les cires..
Prenez la quantité nécessaire d'argile noire pour une application, ajoutez lui une cuillère à soupe d'extrait de café, une cuillère à soupe d'huile végétale de jojoba, puis "mouillez" jusqu'à obtenir la texture idéale avec de l'eau ou un (ou plusieurs) hydrolats (Ledon du Groenland, Citron, Eucalyptus Globulus, Genévrier..)
Utilisez de suite.

Vous pouvez très facilement changer l'huile végétale en fonction de ce que vous avez chez vous où si vous souhaitez apporter une caractéristique différente au masque (c'est valable aussi pour la recette qui se conserve)


Alors, ça vous tente ? 
N'hésitez pas à donner vos avis si vous le testez ! 
A bientôt, 

Charlie. 

mercredi 24 mai 2017

Mais au fait... Qui suis-je ?




Je me rends compte que depuis presque 5 ans que je tiens le blog (5 ans, j'ai eu un choc en écrivant ça j'ai du recompter.. aout 2012 vers aout 2017...ah oui.) je ne vous ai jamais vraiment parlé de moi.
Evidemment vous avez pu apprendre des choses par ci par là, surtout si vous me suivez un peu sur les réseaux sociaux.
Aujourd'hui, j'avais envie de vous dire quelques petites choses.
Des choses un peu terre à terre et d'autres qui le seront moins.

* Des faits.
J'ai 30 ans. Je le vis bien. Faut dire que j'ai eu 30 ans pas 2 mois avant l'ouverture de la boutique, donc j'avais totalement autre chose en tête.
J'ai un chéri, 3 chats, et j'habite dans un tout petit village.



J'ai un master d'Histoire, après lequel je suis allée en Licence d'Administration Publique.
J'ai fait plein de petits boulots avant de m'installer.
Je suis végétarienne "+".
J'ai ce blog bah, depuis presque 5 ans.
J'ai créé avec Lison Pagnier l'association Ensemble pour la Cosmétique Maison en septembre 2014.
J'en gère (ou j'essaie!) le mag.
J'ai ouvert Le Jardin de Lilith en septembre 2016.




* Je ne supporte pas la souffrance animale.
Je suis du genre à nourrir les chats des autres et à courir après un chat blessé pour le ramener à ses maitres. A sortir les coccinelles ou toute autre bestiole pour les protéger de mes chats.
A flipper comme une malade quand je roule de nuit de peur de croiser un lapin, renard, bambi...
A pleurer devant un article de journal sur une animal torturé et à aller me coller contre mes chats pour me consoler. A pleurer quand un animal meurt dans un film. (Oui, je sais, c'est pas du vrai :p)




*Je suis d'un extérieur plutôt froid.
Pour deux raisons :
Je manque de confiance en moi et je mets du temps à l'accorder aux gens.
Je suis une éponge qui se soigne. A une époque, les émotions des gens me revenaient en pleine face, j'ai donc dressé une barrière. Maintenant, je réserve mon empathie à mon entourage ou à quand je le décide. Sinon, c'est ingérable.
Le truc, c'est que les gens qui me croisent sans me connaitre ne m'apprécient pas, du coup, puisque je suis froide et distante.

* Je suis une emmerdeuse.
Certaines choses me font bondir au plafond. Je ne peux pas m'empêcher d'intervenir.
Que ce soit des choses fausses, des "bêtises", des injustices.
Ce qui fait que je prends souvent à la place des autres. Vous avez déjà vu la gamine qui intervient pour empêcher un grand d'attaquer ses copines, et qui du coup se fait pourrir la vie tout le reste de l'année scolaire ? Ça, c'est moi.
J'essaie là aussi de me soigner, et de choisir mes "combats". Certaines choses n'en valent pas la peine, et je me prend trop souvent le retour de manivelle.



* J'ai souvent tendance à partir d'un point et à arriver à un qui n'a rien à voir.
Forcément, je perds des gens en cours, et des fois je réponds à côté ou trop vite, parce que j'ai fait le cheminement dans ma tête et j'ai eu la flemme ou je suis allée trop vite. Du coup, j'essaie vraiment de m'exprimer un peu mieux, ou de développer un peu plus. C'est surtout le cas sur les réseaux sociaux, parce que je passe, je réponds, paf, et pouf. (Oui, paf, pouf sont de vrais mots.)
Du coup, c'est compliqué parce que je suis souvent mal-comprise, et ça amène à des quiproquos.

* J'ai la trouille des araignées. Oui on passe de ce qu'il y avait avant à mon arachnophobie.
Je déteste les grosses toutes dodues avec les grandes pattes. Vraiment, j'en ai une peur bleue, mais à me donner envie de vomir.

* Je suis levée tous les matins à 5h, et rarement couchée avant minuit. Du coup je fais la sieste.
Oui je sais.

*Je lis au moins 3/4 romans par semaine. En ce moment je suis en mode "fantasy-fantastique".
Depuis que je sais lire, je dévore.

* J'ai un affreux défaut : je fume. Oui j'ai honte. Et je suis accro à la caféine.


* J'ai toujours 15000 projets, du coup je sais plus ou donner de la tête et pour pas me perdre en route je fais des listes. Sinon c'est pas la peine. Et c'est pire depuis que je vis avec un hyperactif.

* J'écris. Enfin, j'écrivais. Des chroniques. Un livre en 3 tomes arrêté au tome 2 et au fond d'une armoire.


*Je dessinais. Beaucoup, tous le temps. J'ai même vendu quelques toiles. Il faut pas me demander de tenir un pinceau, à cette heure ci, sauf pour du simple. Le reste c'est une catastrophe.
Ça me rend un peu triste, mais bon, je peux pas tout faire.

*Je jouais de la guitare. Mais pareil, hein, ne me demandez pas de rejouer quelque chose. Par contre, celui qui touche à ma guitare, je le mords. Si si.

Voilà voilà ! Vous êtes heureux, hein, de savoir tout ça sur moi !



A bientôt, 
Charlie 




samedi 20 mai 2017

Mousse de Savon Ultra simple !




Une recette avec 4 ingrédients seulement ? Oui oui ! 

Si vous suivez ma page Facebook, vous savez que j'ai fait un peu de mystère sur cette recette, qui en fait est extrêmement basique.
Bon je ne m'attendais pas non plus à autant de réactions lorsque j'ai posté la photo !


En tant que savonnière, j'ai toujours des tonnes de chutes de savon, que j'utilise souvent en les mettant dans des gants à savon.
Mais il faut avouer que ce n'est pas toujours pratique.

L'autre jour je retaillais un savon, et je voyais les chutes légèrement s'accumuler, et je me suis dit...
Et si...

On voit souvent des sortes de crème de douche réalisées avec des chutes de savon mais aussi plein d'autres ingrédients comme des huiles végétales, de la glycérine, des tensioactifs...

Sauf que l'on est d'accord que : le savon lave - le savon hydrate - la mousse a un intérêt psychologique uniquement. 

Du coup je suis partie sur la recette suivante : 

50% de chutes de savon coupées très finement - savon surgras 10% - cure terminée.
50% d'eau.
Ajouts selon vos envies (en respectant évidemment les précautions d'emploi) : mica et fragrance.

Oui de l'eau.
Non, pas de conservateur.

Le raisonnement est le suivant : le savon est impropre au développement des bactéries de par son pH.
Lorsque l'on créé un savon liquide (à la potasse, il est vrai), jusqu'à un certain pourcentage de savon dans la "dilution", on ajoute pas de conservateur car on estime qu'il ne servira à rien ( même si comme toujours, il y a débat).
Pire, il sera inutile dans le cas des conservateurs naturels que l'on utilise car ils n'agissent pas sur un pH supérieur à 7. Ne parlons pas d'un pH à 10.
À 50% de savon dans cette "mousse",  (même en prenant en compte le "reste" d'eau initial dans le savon) nous sommes au dessus du pourcentage nécessaire pour ne pas avoir à lui ajouter de conservateur.
Bref pour cette préparation vous devez avoir un pH entre 7 et 9 (en gros)
(Pour rappel, le pH d'un savon tourne autour de 9, le pH de l'eau tourne autour de 7)


Mode opératoire : 

Faites fondre votre savon au bain-marie avec une partie de l'eau. Suffisamment pour qu'il ne "brûle" pas. Remuez pendant la fonte, histoire de ne pas avoir de morceau.
Ajoutez votre eau progressivement.
Laissez-en un peu de côté.
Fouettez votre mélange, idéalement dans un robot pâtissier ou au fouet pour monter les blancs en neige.
Ajoutez progressivement le reste de l'eau. La préparation peut mousser un peu mais pas d'inquiétude, la mousse ne restera pas au fur et à mesure qu'elle va épaissir.
Si vous ajoutez colorant et parfum, faites-le à ce moment là.

Vous allez vous retrouver avec une mousse assez dense, mais pas solide et facile à manipuler.
Il faut fouetter suffisamment pour faire "monter la préparation".

Au moment de la mise en pot, vous pouvez avoir une texture un peu "guimauve" voir "chewing gum" mais elle va très vite se transformer en mousse.


Sachez que vous obtenez quand même pas mal de produit : j'ai fait mon premier essai avec 230g de chutes de savon et autant d'eau, j'ai rempli un pot de 500ml et un pot de 1000 ml.

Utilisation : 

Prélevez de la mousse dans votre pot. Appliquez comme un savon liquide. Vous obtenez une sorte de lait lorsque vous étalez sur la peau, avec une très légère mousse. (Cela dépend aussi de vous, si vous frottez ou non 😉 )

Remarques :
*Je pense que la texture dépend aussi grandement du savon que vous utilisez, d'où ma précision sur un surgras assez élevé.
*Si la texture ne vous convient pas, vous pouvez ajouter un peu d'eau, en veillant à rester à un pourcentage élevé de savon. (pas plus de 10% en plus)
* Si vraiment ça vous angoisse, ajoutez un conservateur.
* Vérifiez votre pH qui doit être basique (comme un savon!)



Vous allez me dire : heu, tu es gentille, mais le savon, c'est pas vraiment UN ingrédient.
Bon, c'est vrai. Cela dit, au moment de votre préparation, si, c'est un ingrédient.
Pi je suis pas magicienne (dommage, cela dit!)

L'avantage c'est que vous pouvez récupérer n'importe quelle chute de savon à partir du moment où c'est un savon à froid.
Des restes non utilisés ? C'est vrai que la fin d'un savon n'est pas toujours pratique (d'où aussi la solution des gants à savon!).
Des chutes parce que vous savonnez ?
Mettez tout ça de côté, et quand vous en avez assez, hop.
C'est pratique, c'est simple et c'est super agréable à utiliser !



Alors vous en dites quoi ?
A bientôt 
Charlie 


mercredi 17 mai 2017

Baume "amincissant" et "anti-cellulite"


Hop, l'été arrive, je me dis que je devrais peut être me reprendre un peu en main, parce que vraiment, ça ne va plus. Non pas que je sois en mode culte de la maigreur, mais j'aimerais rentrer dans mes habits de l'été !
Du coup, commençons par parler un peu cosmétique !




J'ai réalisé la recette suivante :

Karité : 51%
Macadamia : 24,8%
Extrait de café : 23%
Huile essentielle de citron : 1%
Vitamine E : 0,2%

Vous pouvez ajouter de l'huile essentielle de pamplemousse à hauteur de 1% en l'enlevant au karité.
Malheureusement, je n'en avais plus !

Aller je suis sympa, pour les réfractaires aux pourcentages voici la recette en grammes ;)

Pour un pot de 50g :

Karité : 25,5g
Macadamia : 12,4g
Extrait de café : 11,5g
Huile essentielle de citron : 0,5g
Vitamine E : 0,1


Mode opératoire : 


Faites fondre très doucement le beurre de karité au bain marie. Sortez le. Ajoutez lui l'huile végétale de Macadamia et l'extrait de café tout en fouettant. Continuez de fouetter. Refroidissez votre préparation en mettant votre bol dans un fond d'eau froide. Continuez de fouetter. Ajoutez l'huile essentielle de citron. Vous pouvez aussi réaliser la préparation comme pour une chantilly de karité. 

Ingrédients : 

L'extrait de café est idéal pour lutter contre la peau d'orange et la cellulite, et la lutte contre les graisses.
L'huile essentielle de citron contient des composants favorisant dégradation des lipides. 
L'huile végétale de Macadamia est une huile sèche et stimule la micro circulation. 
Le beurre de karité est la base de notre baume. 
La vitamine E  est un anti-oxydant. 

Utilisation : 


Appliquez tous les soirs, en massant longuement.
Faites une pause de deux jours par semaine.

Précautions d'emploi : 

Attention, ces huiles essentielles sont photosensibilisantes : utilisez ce baume au coucher.
Ne pas utiliser si : vous êtes enceinte, allaitante, en cas de calcul biliaire.
Demander un avis médical en cas d'épilepsie pour l'utilisation de l'HE de citron.
Ne pas utiliser sur les enfants (bon je vois pas trop pourquoi vous l'utiliseriez chez un enfant mais je précise!)
Faites un test au pli du coude, risque d'allergie.
Tenez le hors de portée des enfants et des animaux. Ne pas avaler.


Alors il vous tente ? L'odeur est une tuerie en tout cas ! 
A bientôt, 

Charlie 



vendredi 12 mai 2017

Vegan or not vegan ?

Aujourd'hui j'ai assisté (encore) à un débat qui m'a donné envie de réagir et qui m'a fait réfléchir sur le sujet du veganisme.







Une question revient souvent dans la communauté vegan :

"Comment nourrissez vous vos animaux ?"

Comprenez : donnez-vous une alimentation vegan à vos chiens et chats (majoritairement)?

En général, deux "courants" s'opposent :

* "Le chien et plus particulièrement le chat sont des carnivores, je leur donne des croquettes carnées".
* " Pas de spécisme, je ne vais pas participer à la mort de milliers d'animaux pour nourrir un animal donc je donne des croquettes vegan"

Pour ma part, j'ai posé les postulats suivants :

* Un vegan ne "possède" pas un animal, il "partage" son environnement avec lui.
* Donner des croquettes vegan à un carnivore n'est pas respecter son régime alimentaire naturel
* Les croquettes vegan présentent le même problème que les croquettes à forte teneur en céréales : elles sont néfastes pour leur santé.

Une parenthèse ici : l'argument est en général : mon chat/chien va super bien et je le nourris aux croquettes vegan ! 
Alors : le fait que votre animal se porte bien ne fait pas une généralité. Ensuite, le fait qu'il semble se porter bien n'en fait pas une réalité. 
Pour le chat par exemple, en cas de souci rénaux type insuffisance rénale, vous vous en rendrez compte lorsqu'il sera trop tard.
Les études réalisés sur les croquettes vegan ont un recul limité dans le temps. 
Elles sont majoritairement faites en comparaison avec les croquettes carnées, pour arriver à la conclusion qu'elles ne sont pas plus nocives que celles-ci. (mais elles le restent!) 
( et non, il ne s'agit pas d'une absence de recherche pour ceux qui souhaiteraient utiliser cet argument !) 
En fait, le mieux, évitez les croquettes, si vous pouvez ! 

* Donner des croquettes carnées à un animal va contre la philosophie vegan de ne pas faire de spécisme, et de ne pas participer à l'industrie de la viande.

Donc : dans les deux cas, pour moi il y a une incohérence. 


J'en suis arrivée à la conclusion que le veganisme n'allait pas avec la compagnie d'un animal carnivore.
Soit on lui impose quelque chose de pas naturel pour lui, soit on fait un choix "spéciste". 

Attention : je ne dis pas que vous n'êtes pas vegan ou quoi que ce soit dans un cas comme dans l'autre. Je dis que vous avez fait un choix, sur lequel on pourrait débattre sans fin.. ou non.
On peut aussi accepter qu'il y a plusieurs visions du veganisme.



Du coup, tout ça m'a imposé une réflexion sur la réalité du veganisme de nos jours.

Par définition, le vegan ne doit consommer aucun produit provenant des animaux, de son exploitation, de sa mise en danger. 

Mais...
L'impact d'un être humain sur la planète et donc la flore et la faune est non négligeable.
Donc, quelles sont les possibilités réelles de véganisme à ce jour ?

Là, je vois les vegan venir en force : "propos de carniste : tu dis ça pour te dédouaner."
Alors non.
Ce que je dis, c'est que même le vegan "extrême", et arrêtons de nous voiler la face, il y en a, peut toujours se remettre en question dans son mode de vie et de consommation.
Il est facile de hurler après une végétarien qui donne des croquettes carnés à son chat, et d'aller bouffer de l'huile de palme derrière.
(Me dites pas que vous en consommez pas, parce que ça veut dire que vous consommez pas grand chose - de toute façon ce n'était qu'un exemple)

Ce que je dis, c'est qu'il faut accepter que chacun fasse au mieux de ses capacités, de ses possibilités, de sa vie de tous les jours.
Devenir/être vegan n'est pas facile, c'est un choix courageux.

Mais dites-vous aussi que c'est un privilège qui n'est pas à la portée de tous. 
Parce que déjà, financièrement, c'est compliqué.

Il est fatiguant de constater que le vegan prenne de haut le méchant végétarien.
Chacun doit avancer à son rythme.
Le pire, c'est que quand je dis ça on me dit que non, j'ai tort : il faut être vegan, tout de suite maintenant.

Alors, pour info, changer de régime alimentaire du jour au lendemain, même pour un régime alimentaire positif pour la santé n'est pas une bonne chose. Le corps est habitué à manger de la viande, des produits laitiers, du poisson... Je ne dis pas que c'est bon pour lui : je dis qu'il est habitué.

Mon autre problème est que pour moi, le veganisme va avec l'amour des autres.
Des animaux, certes, mais surtout de tous les autres vivants. 
On veut supprimer le spécisme, donc on aime chacun pareil non ?
Or, souvent, à vouloir défendre des animaux, on en oublie la personne qui est là, derrière notre écran, que l'on insulte, que l'on fait culpabiliser, qui souffre de nos propos, que l'on accuse d'être un assassin, un bouffeur de cadavres... Parce qu'elle vient de manger un morceau de camembert.

Lorsque je dis que l'on ne convainc personne avec ce genre de propos, que l'intolérance ne fait pas avancer, qu'il faut expliquer, avec bienveillance, le pourquoi du comment, donner des pistes, et laisser le choix...
On me répond : propos de carniste ! hop.

Parce que le choix semble évident pour vous, ce n'est pas le cas pour tous le monde.
Beaucoup ne sont pas prêts, ou sont trop conditionnés par le réflexe de manger de la viande, après des années de "mangez des protéines".


A votre avis, si vous êtes face à un "mangeur de viande" que vous lui dites :
"Tu es un assassin, je ne veux pas manger en face de toi" quelle réaction aura-t'il ?
Et si vous lui dites :
" Il est bon ton steack ? Personnellement, ça ne me manque pas du tout, la viande, je ne me suis jamais sentie aussi bien " 

Cas n° 1 : Il va vous envoyer bouler. S'il vous reparle.
Cas n°2 : Vous allez engager la conversation sur le sujet, il va être curieux, poser des questions, et vous allez pouvoir lui expliquer vos choix.
Il y pensera. Forcément.
Et c'est comme ça qu'on avance !

Bref : Tolérance, Bienveillance, et Amour de l'autre, pour moi, c'est de cela qu'à besoin de le veganisme pour convaincre et avancer.

Pas d'agressivité, ni d'extrémisme.


Et vous, vous en dites quoi ? 
(merci de rester polis et respectueux dans les propos !)









jeudi 11 mai 2017

Mes produits visage du moment.



En général, j'utilise vraiment peu de produits pour le visage : démaquillant/nettoyant, un soin ou deux.
Déjà parce que même si j'adore tester je ne suis pas une consommatrice acharnée : comprenez, je suis une flemmarde quand il s'agit de prendre soin de moi. J'adore, mais en général, je suis trop fatiguée.

C'est un peu paradoxal finalement : je bave devant des tonnes de produits cosmétiques que je n'achète jamais pour raison de budget, alors que j'en ai à la maison que j'utilise peu.
Et double paradoxe : je suis passionnée par la cosmétique, et c'est même mon boulot.
Quand on dit que les cordonniers sont les plus mal chaussés.



Fondamentalement, j'ai une routine assez simple : le corps, c'est savon saf, les miens ou ceux des copines, un gommage maison de temps en temps et ma crème de douche.
Une crème corporelle utilisée de manière aléatoire quand j'ai la peau sèche.
Les cheveux c'est shampoings et soins, car comme ils sont long ils s'abîment plus vite. Mais majoritairement du fait maison.
Le visage, c'est plus compliqué, j'ai une peau vraiment pourrie, la fatigue et le stress, la période du mois, alimentation, tout ça se voit directement : du coup, peau sèche, qui pèle, boutons, rougeurs... c'est l'enfer.
Bref, du coup, je reste souvent très basique, mais j'ai essayé pas mal de choses.

En ce moment, par contre, j'ai pas mal de petits trucs que j'alterne, en test.
Parce que j'ai eu des produits chouettes en test avec la Biotyfull box, et parce que j'avais commandé des produits Alterra à petits prix sur une petite boutique en ligne qui avait été créé par des étudiants pour une étude.

Bref : donc, sur mon meuble de salle de bain actuellement :

* Le masque Nominoe, "Nuit Hydratante Eclat" que j'ai finalement testé une deuxième fois en couche beaucoup plus fine (il est conseillé en couche épaisse) et franchement, c'est top (25€)
* La crème pour lèvres Lcbio. (35,30€)
L'article sur la Biotyfull Box est par là 



* Le Stick Propolia anti-boutons.
Article ici 


* Le démaquillant Alterra "Augen Make Up Entferner " Natrue. (100ml : 1,99€ prix All.)
* Le gel anti-boutons "SOS Anti Pickel gel"  Natrue et Vegan, à l'écorce de saule, lotus et hamamélis.  (15 ml : 2,99€ prix All.)
* La crème contour des yeux " Hydro Augencreme Bio Traube & Bio Weisser Tee" à l'acide hyaluronique et Pentavitin et thé blanc. Natrue.  (15 ml : 3,99€ prix All.)
* Gommage : "Peeling Crem vitamin" Natrue (50ml : 1,99€ prix All.)
* Crème hydratante : Alterra mattierende Tagespflege Hamamelis & Lotusblüte Natrue et Vegan. Légèrement teintée et matifiante, argile blanche, hamamélis, fleur de lotus. (30ml : 2,99€ prix All.) 

Vous pouvez retrouver les infos sur le site www.rossmann.de pour les germanophones.


* Crème de visage hydratation intense  maison : La recette 
* Sérum anti-boutons maison : La recette 


Pour rappel, si vous souhaitez utiliser plusieurs produits à la suite type layering, l'ordre est le suivant :

* Démaquillage huileux
* Nettoyage avec produit aqueux.
* Lotion apaisante
* Sérum
* Contour des yeux
* Crème hydratante

Si vous utilisez huileux et aqueux, on met l'huile avant l'eau ;) (ou l'émulsion).

Dans tous les cas, ne multipliez pas les produits si cela ne vous convient pas.
Perso, je n'utilise pas tout d'un coup hein !


Et vous quelle est votre routine actuelle ? 

A bientôt, 
Charlie. 



dimanche 7 mai 2017

Pourquoi ?

Bonjour à tou-te-s
Et bienvenue par ici, que vous soyez nouve-lles-aux ou présent-e-s depuis un petit moment..

Aujourd'hui, j'avais envie de vous parler du blog.
Je m'appelle Charlie, et Lilith vient du prénom de mon chat mais aussi et surtout de la premier femme d'Adam dans la civilisation judeo-chrétienne, diabolisée pour avoir refusé la domination masculine.


Petite fille, j'avais adoré le film Flashdance, avec cette belle danseuse à la vie pas facile qui se bat pour réussir.
A un moment du film le personnage masculin lui dit " Lorsque l'on réalise pas ses rêves on meurt".
Moi, j'étais vraiment pitchoune, et je l'ai pris au pied de la lettre.
Et c'est resté ancré. Même lorsque j'ai compris la signification réelle.


Avec le temps, l'âge, les expériences, les rêves évoluent.
Petite, on a de grands rêves, on veut sauver le monde, être une princesse, un ninja, un chevalier..
Jeune adulte, on manifeste, on vibre à l'unisson avec les autres manifestants, on y croit, on s'enflamme sur des discours sur la liberté, les droits de l'homme, des animaux...
Puis on se rend compte, qu'en fait, rien ne change.
On prend conscience que sauver le monde, ça va être compliqué, quand même à nous tout seul.
En même temps, on a pas trop envie de renoncer à ses rêves là.
Parce que l'injustice nous fait toujours bondir, parce que des tas de choses nous tiennent trop à coeur.
Parce qu'on est restée cette enfant ultra sensible, qui ne supporte pas la violence, la discrimination, la souffrance, humaine et animale..


Les rêves sont devenus de petits projets, parfois réalisables, parfois plus difficile à mettre en oeuvre.

Des projets personnels, professionnels, des défis dans la vie de tous les jours.

Je suis devenue végétarienne, en transition pour les autres matières premières animales.
Vivre en accord avec ses convictions fait beaucoup de bien, et c'est une chose que j'essaie de mettre en oeuvre chaque jour de ma vie : consommer moins, mieux, vivre sainement.
Profiter des petits plaisirs. Prendre soin de soi. Aimer.


Vous avez peut être pu remarquer cette transition avec le contenu du blog : d'uniquement cosmétique, et quelques fois alimentaire, j'ai commencé à vous parler bien-être, médecines alternatives, vie saine, éthique, écologie, associations, artisans...
Avec le blog, je veux montrer que des tas de choses sont possibles, pour vivre mieux, mais aussi pour préserver notre planète, notre environnement.

Ainsi, je ne sauverai pas le monde, c'est vrai.
Mais si une personne sort convaincue de la lecture de mon blog, alors j'aurai gagné mon pari !
Si vous trouvez des solutions, des idées, des envies grâce à lui, là aussi j'aurai gagné mon pari.

J'aimerais que ce blog devienne vraiment ce qu'il était destiné à être dès le départ : un lieu d'échange, de partage, de vos idées, des miennes, de vos envies, vos attentes, vos déceptions.

Parce que chaque pas est une victoire*. Une avancée vers notre but.








*Lao Tseu.