lundi 30 mai 2016

J'ai testé : L'huile végétale de coco et le curcuma pour "blanchir les dents".


L'autre jour, j'ai lu un article qui parlait du mélange coco + curcuma pour blanchir les dents.
Etant une grosse buveuse de café... Ça m'a fait tilt.
Donc après quelques jours de tergiversation, je me suis lancée.


La recette était la suivante : 

- Une cuillère à soupe d'huile végétale de coco
- Une cuillère à café de curcuma

Bien mélanger pour obtenir une pâte.

Bon dans les faits, on utilise pas vraiment tout, on doit pouvoir en faire moins pour faire moins de gâchis.
Utiliser votre brosse à dents, et bien frotter partout, puis laisser passer 5 minutes avec le mélange dans la bouche.

Petits conseils : 
- Nettoyez votre bouche, ne laissez pas poser le curcuma à l'extérieur, sous peine de jaunir un poil.
- Nettoyez votre lavabo sans attendre (c'est gras, c'est jaune)
- Rincez bien
- Brossez vous les dents ( et la langue !) après.

Ça donne quoi ? 

Déjà, votre brosse à dents sera jaune.

Moi, j'ai eu droit à :

" Heu pourquoi ta brosse à dents est jaune ?
- Pour rien, j'ai essayé un truc, c'est rien..."

Non, Chéri n'a rien dit de plus, il a l'habitude.

Ensuite, si vos dents sont jaunes naturellement, elles vont pas devenir blanches, non, non.
Théoriquement, les tâches devraient partir.
Je dis théoriquement, parce que j'en ai bien une, et elle est toujours là.
Est-ce que j'ai vu une différence, je sais pas trop.
S'il y en a une, elle est tellement légère, que je doute.
Est-elle vraiment là, ou est-elle le reflet d'un espoir certain ?

J'avoue, j'étais quand même un peu déçue.
Bon, je vais réessayer, pour voir.
De toute façon, ma brosse à dents est jaune, alors...

Mais pourquoi le curcuma, qui est connu pour colorer en jaune devrait blanchir mes dents ?

Sa composition est la suivante (globalement)
- La curcumine
- les curcuminoïdes, qui sont très colorantes
- des huiles essentielles ...
(oui on fait attention quand on l'utilise, du coup)

On l'utilise pour ses propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires...
On dit qu'il est idéal pour se débarrasser de la plaque dentaire.
Est-ce le côté un poil gommant ?


Ok, c'est bien beau tout ça, mais ça n'explique toujours pas le principe.
Et vous vous le savez ?

A bientôt, et n'hésitez pas à me retrouver sur ma page Facebook : Lilith Cosmétiques




vendredi 27 mai 2016

Les tests sur les animaux dans nos cosmétiques, on en parle ?


La problématique des tests sur les animaux dans les cosmétiques revient très souvent lorsqu'on s'intéresse un peu à la cause animale.




Pour ma boutique, j'ai d'ailleurs fait le choix d'être labellisée PETA, Cruelty Free et Vegan.
Mais pourquoi se faire labelliser Cruelty Free, allez-vous me dire, si les tests sur les animaux sont interdits ?

Interdits, vraiment ?

Revenons sur quelques points.

Les tests sur les animaux, il ne s'agit pas de les maquiller et de voir s'ils font une réaction.
Si, j'ai déjà entendu ça.
Bon, dans tous les cas, ce sera déjà de trop.
Mais les tests sur les animaux, c'est surtout ça :

=> Des tests cutanés, avec rasage, incisions, applications de produits irritants, brûlures.
=> Tests oculaires, avec injections de produits chimiques, dans les yeux maintenus ouverts de force, créant ainsi des lésions jusqu'à la perte de l'oeil.
=> Test sous des lampes UV, notamment sur des rongeurs épilés et enduits de produits.
...
Ce ne sont que quelques exemples. Les tests durent sur des jours, et l'on observe les réactions et la souffrance des animaux sans jamais intervenir.
Les animaux sont empoisonnés et torturés ; c'est une lente agonie.



Que dit la loi ? 


  • A partir de 2004, les produits cosmétiques FINIS ne pouvaient plus être testés sur les animaux.


  • En 2009, entre en vigueur une loi interdisant de vendre en Europe des cosmétiques contenant des substances testées sur les animaux, sauf.. lorsqu'il n'existe pas de substitution possible. Cependant, cette règlementation a une faille : l'interdiction s'applique uniquement aux ingrédients exclusivement cosmétiques. Donc, tous les ingrédients utilisés dans d'autres produits que cosmétiques pouvaient, être testés, puis se retrouver dans ... un cosmétique.


  • En 2013, c'est au tour de la "Cosmetic Regulation"qui... précise cette faille.


La faille en question, c'est le plan REACH, créé par l'Agence Européenne des Produits Chimiques
(qui existe depuis 2007)
Celui-ci répertorie toutes les substances chimiques. Il est bien pratique, il faut le dire.
Sauf que..
Les ingrédients de cette base de données doivent être, ou avoir été testés afin de prouver qu'ils ne sont pas nocifs.
Et là, retour des tests sur les animaux s'il n'existe pas d'alternative.
On parle bien évidemment de produits chimiques ou potentiellement dangereux, vu que l'intérêt est de prouver qu'il n'existe pas de danger pour la santé humaine ou l'environnement.

Voilà pour l'Europe..

Mais il existe une autre faille, en fait.


Il est interdit d'importer sur le marché européen des produits ayant été testés sur les animaux.
Le souci, c'est quand une marque, disons française veut s'exporter que doit-elle faire si le pays teste ?

On parle beaucoup de la Chine par exemple, qui évolue tout doucement vers une règlementation avec un peu moins de tests, mais..

A ce jour, il faut savoir que si une marque souhaite vendre en Chine dans une boutique physique (à distinguer par exemple de la vente par internet) ou passer par un importateur avec une boutique physique, les produits devront être testés.

(Ceux là et certains cosmétiques "spéciaux" la Chine effectuant une distinction depuis 2014, sur les cosmétiques sensés changer votre aspect ou non - ouioui..- )

Du coup, c'est un peu le cirque tout ça, parce que d'accord, la marque ne teste pas en Europe, mais elle doit accepter les tests pour vendre en Chine, donc ou est l'éthique là dedans..

Test sur les animaux ? Gros marché chinois ?
Pour certains, du coup, finalement, les tests sur les animaux ne pèsent plus si lourds dans la balance. 

Un bon point quand même, la décision Européenne a eu un effet boule de neige et de nombreux états on commencé à aller dans la même direction : Inde, Israel, Norvège, Nouvelle Zélande, Turquie, Corée du Sud, Canada, Taiwan...
Reste le cas important du Japon, poussé à changer, car si les tests ni sont pas obligatoires, ils ne sont pas interdits non plus.

Comment s'y retrouver ? 

Déjà en essayant de consommer une cosmétique avec des ingrédients relativement simples..
Ensuite, c'est là qu'interviennent les LABEL.
Pour beaucoup ils sont une histoire de marketing.
Puisque les tests sont interdits, ils n'ont aucun intérêt.
Nous avons pu voir que ce n'était pas vraiment le cas.
Pour ma part, j'ai fait le choix du label de PETA. 


J'ai choisi des fournisseurs pouvant me garantir l'absence de tests sur mes ingrédients.
Certains labels vont garantir des "boutiques" entières (comme PETA), d'autres seulement quelques produits.
Soyez vigilants dans vos choix.

Espérons que les lois continueront à évoluer dans le bon sens, et que ces labels seront inutiles d'ici peu.
Reste, qu'on est uniquement dans le secteur cosmétique, et que les expérimentations animales font plus que perdurer par ailleurs.

J'espère donc qu'après ça, le problème des tests vous semble un peu plus clair !

A bientôt, et n'hésitez pas à me suivre sur ma page Facebook Lilith Cosmétiques.
Si vous souhaitez en savoir plus sur la boutique passez sur la page " Le Jardin de Lilith"



mercredi 25 mai 2016

Shampoing minute ultra facile !


On dit souvent que les cordonniers sont les plus mal chaussés.
En tout cas, moi en ce moment, autant j'ai des savons, autant je n'ai plus de shampoing.
Et bien évidemment je manque de temps.
Sauf que mes cheveux se sont pas mis en pause pour autant !

Du coup, hier matin, je suis allée fouiller dans mes placards, pour faire un petit shampoing minute, avec juste une cuillère doseuse et un petit bol..

Bref, du coup, j'ai réalisé le shampoing suivant :

  • 1 dose de poudre de guimauve
  • 5 dose de poudre de Shikakai 
  • 1 dose d'huile végétale de Ricin
  • 1 dose d'huile végétale de Piqui
  • 1 dose de glycérine végétale 
  • 1 dose de mousse de babassu (pour faciliter le rinçage)
  • Provitamine B5 - ou autre actif ! (adapter selon la quantité de produit) 
  • Eau pour arriver à la texture voulue. 


Mélangez vos poudres et ajoutez progressivement vos ingrédients ; l'eau doit être chaude.
Ce produit ne se conserve pas et doit s'appliquer de suite.
Laissez poser quelques minutes, et rincez abondamment.
Selon vos cheveux, diminuez les doses en huile végétale (une, voir aucune), afin de ne pas avoir le cheveux gras.
Vous pouvez aussi remplacer la poudre de guimauve par toute autre poudre qui serait plus adaptée à vos cheveux !

Et voilà !


Alors, ça vous tente ?

A bientôt, et n'hésitez pas à me suivre sur ma page "Lilith Cosmétiques"

vendredi 20 mai 2016

Cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques.. Les CMR dans nos cosmétiques ?

On entend constamment parler de produits chimiques en tout genre dans nos cosmétiques.
Parfois, on va crier au loup, sans trop savoir le pourquoi du comment.
Nous sommes revenus sur les différents conservateurs, les phtalates, les perturbateurs endocriniens, le dioxyde de titane..
Aujourd'hui, penchons nous sur les CMR.

De quoi s'agit-il ? 

Les CMR sont des produits chimiques considérés comme :
- Cancérogènes
- Mutagènes
- Reprotoxiques  (toxique pour la reproduction)

Détaillons un peu. 

Un agent chimique cancérogène est dangereux à l'état pur, comme l'amiante, par exemple.. mais aussi la poussière de bois;  ou en mélange. Il peut provoquer l'apparition ou augmenter la fréquence d'apparition des cancers.
Un agent chimique mutagène, lui, induit des altérations de la structure ou du nombre de chromosomes des cellules. Cette modification peut elle aussi entrainer un cancer.
Un agent chimique reprotoxique peut altérer la fertilité, ou le développement du foetus. C'est le cas du plomb par exemple.

Les produits "CMR" peuvent pénétrer dans l'organisme par les voies respiratoires, la bouche et la peau.




Qui est concerné ? 

Fondamentalement, tous le monde : l'amiante, le plomb, la poussière de bois.. sont des CMR.
Dans les faits, on est particulièrement conscient des risques dans le monde du travail.
L'exposition professionnelle étant importante et continue...
Si elle est plus ou moins répandue, certains secteurs présentent des risques plus importants d'exposition.

On peut citer les suivants :

=> Bâtiment et travaux publics
=> Industrie ( métaux, verre, cuir, caoutchouc, pétrolière, bois, chimique, pharmaceutique..)
=> Agriculture
=> Laboratoire de recherches
=> Services de maintenance, nettoyage..
=> Chantiers de constructions ferroviaire ou navale...


Que faire ? 

Une démarche de prévention a été mise en place notamment dans le cadre du travail, afin de protéger au maximum les professionnels.
Il est donc IMPOSÉ de SUPPRIMER ou SUBSTITUER les agents chimiques dangereux... dès lors que cela est possible.
L'impossibilité doit être justifiée, prouvée, et "approuvée" par les instances règlementaires.


Quelle loi ? 

Le règlement de la Communauté Européenne " CLP " n° 1272/2008 "Classification, Labelling, Packaging" précise que les produits chimiques doivent être classés, étiquetés et emballés en fonction de leur dangers physiques, pour la santé et/ou l'environnement.
Il s'applique de façon obligatoire aux substances depuis le 1er décembre 2010 et pour les mélanges depuis le 1er juin 2015.


Classement des CMR

Les CMR sont classés en différentes catégories, selon leur degré de dangerosité et/ou selon ce que l'on en sait. ( il y avait auparavant 3 catégories, elles ne sont plus que 2)

Les produits CANCÉROGÈNES : 
Catégorie 1 : Le danger est avéré ou présumé pour l'être humain.
Cette classification s'effectue sur la base de données épidémiologiques ou issues d'études sur les animaux.
Cette catégorie peut être séparée en 2 parties :
1A : le risque est avéré et s'appuie sur des données humaines.
1B : le risque est supposé et s'appuie sur des données animales.
Catégorie 2 : Le danger est suspecté ; les études humaines ou animales n'étant pas suffisamment convaincante pour la classer en partie A.
Les produits MUTAGÈNES 
Catégorie 1 : La capacité d'induire des mutations héréditaires est avérée, ou à considérer.
Cette catégorie peut être séparée en 2 parties :
1A : le risque est avéré et s'appuie sur des données humaines.
1B : le risque est supposé, mais la transmission à la descendance n'est pas avérée et s'appuie sur des données animales.
Catégorie 2 : Le danger est suspecté, les substances sont considérées comme préoccupantes.
Les produits REPROTOXIQUES
Catégorie 1 : Substances avérées ou présumées toxiques.
1A : toxicité avérée qui s'appuie sur des études humaines.
1B : toxicité présumée, qui s'appuie sur des études animales.
Catégorie 2 : Toxicité suspectée avec des résultats qui ne sont pas probants mais laissent place au doute.




Et dans nos cosmétiques ? 

Les produits chimiques CMR sont interdits dans nos cosmétiques. 

Il y a certes une exception : les substances de catégorie 2 peuvent être employées à conditions d'avoir fait l'objet d'un avis favorable du CSSC ( Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs).
Les substances de catégorie 1 peuvent être employées par dérogation à titre exceptionnel dans le cas où elles remplissent les conditions suivantes :
=> conformité aux prescriptions relatives à la sécurité des denrées alimentaires
=> il n'existe aucun moyen de substitution
=> usage particulier du produit, avec exposition déterminée
=> avis favorable du CSSC
=> mise en relation avec les autres sources possibles d'expositions
=> attention portée aux groupes de populations vulnérables qui pourraient être exposés au produit.

Les CMR n'apparaissent plus à ce jour dans la liste des substances interdites ; ces produits sont interdits en bloc.
Depuis le 1er décembre 2010, la mise sur le marché d'un produit cosmétique, que le produit soit commercialisé depuis une date antérieure ou ultérieure ( loi rétroactive, donc) est INTERDITE, dès lors qu'il contient une substance dont la classification en tant que CMR est applicable.
Les substances dont la date de classification en tant que CMR est antérieure décembre 2010 apparaissent cependant toujours sur la liste des substances interdites, ou soumises à restriction, tandis que celles postérieures ne sont plus indiquées.
Ce qui ne signifie pas leur autorisation, mais une interdiction de fait.

Il est de fait logique, que l'interdiction des CMR dans un produit cosmétique entraine l'interdiction des CMR dans un ingrédient cosmétique. 

Les CMR étant interdits dans les cosmétiques, la mention de leur absence n'est pas indiquée. 

Dans les faits que dois-je en penser ? 


Fondamentalement, un CMR, c'est un peu tout et rien.
Ces substances sont identifiées progressivement, étudiées et supprimées ou substituées, que ce soit dans le monde du travail, comme dans celui de la cosmétique.
Il est évident que finalement, n'importe quel produit peut être cancérogène
Fondamentalement, il s'agit de produits qui peuvent se fixer sur l'organisme, et dont on ne connait pas les réactions possibles, d'autant plus selon les interactions les unes entre les autres.

Je finirai par citer Rita STIENS, qui nous précise que les CMR qui sont " autorisées" devant être aussi alimentaires.. correspondent en fait à .... l'alcool et la vitamine E. 
C'est l'abus de ces produits qui les rend nuisibles ; un verre d'alcool ne donnera pas de cancer.
Comme bien dosé, il n'aura aucun effet sur la peau.
Il est donc nécessaire, lorsque l'on parle de ce type de produits de contextualiser, et s'il est important d'être prudent, il ne faut pas s'affoler inutilement.

Ni de crier au loup..
Je pense qu'Ésope sera d'accord avec ces propos...



En espérant que cet article vous plaise, n'hésitez pas à donner vos avis ! 


A bientôt !
Et n'hésitez pas à me rejoindre sur ma page Facebook : 







Sources :
ANSM
INRS
Substitution CMR
CNRS
STIENS
Observatoire des cosmétiques
Règlement CE
...

mardi 17 mai 2016

Masque régénérant minute ultra simple !

Ce masque minute régénérant est utilisable sur toutes les peaux, mais est particulièrement adapté aux peaux acnéiques ou avec cicatrices.

Ingrédients : 

Poudre de Tépezcohuite : cuillère doseuse : 5+2 ml 
Huile de Calophylle : 5ml 
Miel : 1/2 cuillère à café
Huile de Jojoba : 2 ml 
Huile de carotte : 5ml 

Matériel :
Bol, fouet, cuillère doseuse.
Alcool 70° pour désinfecter le matériel.


S'il vous manque une huile, remplacez là en augmentant une autre... ! 


Mélangez vos ingrédients jusqu'à ce que ce soit bien homogène.
Appliquer sur le visage, laisser poser 5/10min, rincer à l'eau tiède, en réalisant de léger cercle avec les doigts.
La peau reste légèrement huileuse. Selon votre type de peau ou si cela vous gêne, nettoyez avec une eau micellaire ou un nettoyant doux.



En espérant que cette recette minute vous a plu ! 
N'hésitez pas à me suivre sur ma page Facebook : Lilith Cosmétiques !
A bientôt !

lundi 16 mai 2016

Fiches Pratiques !

Vous trouverez bientôt dans cette catégorie les fiches pratiques des différents produits proposés sur la boutique, ainsi que des explications en tout genre pour réaliser vos cosmétiques ! 

jeudi 12 mai 2016

Passer à la télé moi ? Ma participation à E=M6..

Lorsque j'ai été contactée pour participer à un tournage pour E=M6, je me suis d'abord demandée si c'était une blague.
Moi à la télévision ?
Hum, mais pourquoi moi ?
Enquête faite (c'est à dire la réalité de la demande !) j'ai évidemment répondu positivement, en me disant que cela pouvait être une expérience sympa.





Et début avril, virée direction Paris, avec une amie.. Quelques 4 heures de route, nous sommes arrivées vers 11h dans la capitale.








J'en ai profité pour faire un mini tour tout rapide dans la célèbre marque de café à emporter pour un gobelet "Shirley" ( plus simple que Charlie, il faut croire! )





Nous avions rendez vous chez Aroma Zone pour la première partie du tournage, ou je devais " simuler" des courses pré-réalisation.


Hop, présentations faites et micro installé, on essaie de faire tout ça malgré la foule, les gens qui se demandent ce qu'on fiche.
Tout d'abord, petite présentation, où j'explique tout vite un peu mon parcours, avec quelques petits bug..
Ensuite, c'est parti pour les courses.




Pendant les prises d'images où je n'avais pas besoin d'être là, j'ai pu visiter le SPA d'Aroma-Zone, visite ultra privée, puisque nous étions deux !











Après quelques échanges avec l'attaché de Presse d'Az, très sympathique, nous avons repris le volant vers un appartement privé pour le tournage de la réalisation de la crème.




Là, on s'installe, on essaie de prendre ses marques, pas facile dans la cuisine d'un autre..
La plaque fonctionne bizarre, pas comme chez moi !


















Je dois faire chaque geste plusieurs fois, pour la caméra, et c'est assez déconcertant, quand on fait les choses sans y réfléchir.. Les penser me ferait presque faire faire des bêtises !



De plus, nous avions perdu du temps dans la première partie du tournage, il a fallu tourner vite, refaire certaines prises..
Heu j'avais enlevé les gants, non ? Je les avais encore ? Bah je remets alors..

Je vous avoue que j'ai eu plus de stress ensuite, quand j'ai compris que ça allait être diffusé.
Ensuite, quand ça a été " annoncé" et que je me suis dit : et si je suis coupée au montage, je vais être ridicule ! Et si je suis nulle, ça va être l'horreur !
Dans tous les cas, j'ai rencontré des personnes très sympathiques, et c'était vraiment une chouette expérience. On ne se rend pas compte de tout ce qu'il faut faire, refaire, répéter, surtout lorsqu'il y a qu'une seule caméra..
J'espère que vous me pardonnerez ma sale tête ! Bon, outre qu'on ne peut pas la changer, la route et le manque de sommeil n'ont pas aidé ! Et non pas de maquilleuse ni de coiffeuse hein ^^
Pas le temps de toute façon ;)


Quelques petites précisions cependant :
- On ne met pas la glycérine avec l'huile végétale, je pense qu'il y a eu confusion avec la coco silicone.
- Ce n'était pas chez moi, tournage en région parisienne et je suis lorraine !
- Non, ce ne sont pas mes mains qui utilisent la crème
- L'émulsionneur utilisé est un type nesca** vous pouvez retrouver le lien sur la page.
- Personnellement, je ne mets pas mes produits au frigo, car cela joue sur la consistance des produits.
Selon les conservateurs utilisés, les durées de conservation varient.
- Non, pas obligés de faire du simple ( une dermatologue travaillant pour des grandes marques ne va pas dire le contraire) l'important c'est de se former !

Dans tous les cas, j'espère que cette émission et que mon passage éclair à E=M6 vous a plu !
Vous pouvez retrouver l'émission en replay pour le moment.
Et la recette de la crème


A bientôt, et n'hésitez pas à me suivre sur ma page Facebook : Lilith Cosmétiques

lundi 9 mai 2016

Crème peaux mixtes E=M6.



La voici, la voilà, la crème réalisée lors du tournage de l'émission E=M6.
(Crème visage et non corporelle - 
changement de choix de la production 
entre le moment de l'étiquette et la réalisation)

L'idée était de réaliser une crème, pour peaux mixtes, avec un petit plus, un ingrédient sortant un peu de l'ordinaire ; c'est donc l'extrait de sang de dragon qui a été choisi.
J'ai tenté de "relativement" simplifier ; on m'a demandé simple, mais pour moi il y a des bases dans une émulsion.. Je n'ai pas dérogé à ma règle (ça aurait été bête qu'elle ne prenne pas en plein tournage !), même si au final, on ne voit pas ma recette.. ( Je pense que ce n'était pas assez simple, en fait ! ;) )
Bien évidemment, je l'avais testé avant de me rendre à Paris..


La voici donc :

A- Phase aqueuse
Eau déminéralisée : QSP 100%
Glycérine végétale : 10%
Xanthane : 0,2%

B- Phase huileuse
Huile végétale de jojoba : 10%
Caprylis : 4%
Alcool cétylique : 2%
Olivem : 4%

C-Ajouts
Extrait de Sang du Dragon : 2%
Acide Salicylique végétal : 2%
Propolis : 1%
Fragrance : 1%
Conservateur : QSP 100%
Pour la conservation, j'ai comme d'habitude utilisé le Cosgard et le Complexe Sorbate Benzoate.
Concernant la fragrance, on peut apercevoir les superbes produits de La Folie des Senteurs ; de mémoire, j'avais utilisé " concombre melon "




Exceptionnellement, un tableau avec le "poids".

Pour travailler correctement : 

Je commence par désinfecter mon plan de travail. Je nettoie, stérilise et/ou désinfecte mes outils.
Le nettoyage a pour but d’enlever tout les «  débris, saletés » présent sur notre matériel.
On emploie un détergent, on rince.
La stérilisation a pour principe d’éliminer tous les microorganismes que l’on peut trouver
sur un matériel.
La désinfection n’élimine pas tous les germes, et elle est momentanée.
Son niveau de «  sécurité » est inférieur à la stérilisation.
On utilise de l'alcool à 70° : la désinfection par l'alcool est obtenue par une dénaturation
des protéines bactériennes en milieux aqueux.
On a une quantité supérieure d'eau dans l'alcool à 70° par rapport à l'alcool à 90, du coup,
cela facilite sa pénétration au sein des bactéries et facilite l'action dénaturante. Pour faire
plus simple : l'eau aide la pénétration de l'alcool dans la bactérie, qui est ainsi plus rapidement
éliminée.


La Réalisation : 

 
                        L'eau.. 

                     La glycérine..

                      La jojoba...

                 L'émulsifiant ..

                                            Les deux phases au bain marie..

                        L'agitation..

                           Toujours l'agitation...!

                           Les actifs et conservateurs.

              L'ajout des actifs

                                Mélange entre chaque ajout..

                Et des conservateurs..

                                           La crème...

                                          On met en pot ! 


                                                                                                                                En bref : 
Faire chauffer les deux phases séparément au bain marie. Lorsque la température est bonne, mélanger, émulsionner.
Comme vous le voyez, la glycérine ne se met pas avec la phase huileuse, mais bien avec la phase aqueuse.
A froid, ajouter les actifs, la fragrance et le conservateur.

Vérifiez le pH de votre préparation
N'oubliez pas de tester dans le pli du coude 24/48h avant.
Le tarif : moins de 4€ les 100g.
(Les 2 euros annoncés sont en rapport avec le poids réalisé dans le pot)

Quelques remarques explicatives et précautions : 

=> On utilise de l'eau déminéralisée (= chimiquement pure), bouillie idéalement (car elle n'est pas bactériologiquement propre)
L'eau minérale est bactériologiquement propre mais a des substances indésirables type microorganismes
=> Mélange deux conservateurs pour plus d'efficacité ;
La crème se conservera entre 1,5 et 3 mois.
=> L'acide salicylique est titré à 10%. Pour une crème peau mixte, 2% semble suffisant en tant qu'actif.
=> La fragrance n'est pas obligatoire, mais permet de choisir un parfum pour sa crème.
=> La glycérine est un agent hydratant ; l'huile de jojoba est idéale pour les peaux mixtes. La xanthane est une gomme pour la stabilité. Le coco silicone est un émollient, une huile sèche, qui jouera sur le toucher/texture (il remplace le caprylis noté dans la recette). L'olivem est l'émulsifiant.  L'alcool cétylique est un agent de texture/stabilité.
L'extrait de sang de dragon est cicatrisant, régénérant, réparateur cutané.  l'acide salicylique est idéal pour les peaux à tendance grasse, anti bactérien anti inflammatoire, anti acné, régénérant.  La Propolis est cicatrisant. Avec l'acide salicylique, il ajoute un pouvoir conservateur à la crème.



En espérant que cette article vous plaise et que vous avez aimé le reportage !
Voici la vidéo :

Je vous raconte très vite ma virée et le tournage..
A bientôt, et n'hésitez pas à me suivre sur ma page Facebook : Lilith Cosmétiques

jeudi 5 mai 2016

Dioxyde de titane, dangereux ou pas ?


Le Dioxyde de Titane, "TiO2" existe à l'état naturel sous 3 formes principales, que l'on trouve dans des espèces minérales (rutile, ilménite..)

D'un point de vue "commercial", il faut absolument prendre en compte la "granulométrie".
Il s'agit de la finesse des "particules/grains" du dioxyde.
Il existe en forme micrométrique et en forme nanométrique.


Dans les deux cas, il faut noter que les particules de dioxyde sont très souvent sous forme d'agrégats.

Il existe différents procédés pour obtenir le dioxyde "fin", micrométrique,
=> procédé au sulfate, une attaque à chaud de la forme minérale ilménite par de l'acide sulfurique.
=> procédé au chlore, à partir de la carbochloration de la forme minérale rutile.

Et le dioxyde ultra fin, nanométrique : chimique, physique, mécanique.

On utilise le dioxyde de titane au grain fin depuis le début du 20ème siècle, pour ses caractéristiques opacifiantes et blanchissantes, dans l'industrie, la peinture, l'alimentation, les cosmétiques..

D'un point de vue cosmétique, le dioxyde de titane à grain très fin est souvent utilisé pour les produits solaires.
En effet, il absorbe les rayons ultra violet.
Le dioxyde de titane de forme micrométrique est considéré comme peu réactif.

Quels risques ?

Après inhalation, l'accumulation dans les poumons est différente selon la taille des particules.

Des tests d'absorption cutanée, réalisés sur des porcs avec des applications 4 fois par jour, 5 jours par semaine pendant 22 jours n'ont pas donné des résultats significatifs même s'ils ne permettent pas de conclure à une absence d'absorption cutanée. Les tests réalisés sur des volontaires montrent que le dioxyde de titane ne dépasse pas le stratum corneum : couches superficielles de l'épiderme.

Le dioxyde de titane rentre dans l'organisme essentiellement par voie orale ou nasale.

Dans le cas de la voie inhalatoire, les ganglions lymphatiques sont à surveiller, tandis que pour la voie orale, il s'agit du foie, des poumons, des reins, de la rate.
Néanmoins il s'agit de fortes expositions : tests élevés, milieux professionnels.

L'AFSSAPS a été saisie par la DGS dans le cas des nanoparticules.

Leurs principales conclusions sont les suivantes :
=>"la pénétration cutanée du TiO2 et du ZnO sous forme nanoparticulaire, semble limitée aux couches supérieures de la peau saine. Sur peau lésée, il n’est pas possible de conclure sur l’absence de pénétration cutanée bien qu’aucune étude ne montre le contraire non plus."

=>"Les résultats des études de génotoxicité issues de la littérature scientifique sur les nanoparticules de TiO2 et de ZnO sont contradictoires. Il est difficile de les retenir stricto sensu pour l’évaluation du risque des NPs utilisées dans les produits cosmétiques car elles comportent en majorité des études avec des NPs non enrobées et/ou non dopées alors que les nanoparticules de TiO2 et de ZnO utilisées dans les produits cosmétiques le sont généralement, ce qui pourrait influer sur les résultats de la génotoxicité. En effet, des études récentes menées selon les exigences réglementaires actuelles avec des NPs enrobées montrent une absence du potentiel génotoxique. "

=> "les données de toxicité chronique et de cancérogenèse restent à ce jour limitées. Néanmoins, des études réalisées par voie respiratoire montrent une toxicité pulmonaire chez le rat. Les résultats de ces dernières ne peuvent pas être extrapolables à l’homme dans les conditions d’exposition aux produits cosmétiques. En effet, elles utilisent principalement l’instillation intratrachéale comme voie d’exposition, ne reflétant ainsi pas une exposition aux produits cosmétiques, par exemple sous forme de «sprays» aérosol."

La recommandation est donc principalement de ne pas utiliser des produits cosmétiques contenant du dioxyde de titane sous forme nano sur une peau lésée, car nous manquons de données spécifiques sur ce point.
Reste que le risque principal, dans le cas des poudres nanométriques, est inhalatoire.
Il est précisé que les études sont souvent tronquées, car les produits comme le dioxyde de titane sont maintenant "enrobés" contrairement à ceux sur lesquels sont réalisées les études.
Cet enrobage, ou encapsulation permet de " grossir" les particules et donc de limiter les risques.
Elle permet aussi de stabiliser ces particules.


Des effets cancérogènes ?

Aucun effet de ce type n'a été observé par voie orale ; les tests sur les rats montrent une augmentation significative de tumeurs bénignes en cas d'inhalation de particules nanométriques.
Pourtant, le CIRC signale que des concentrations très élevées semblent pouvoir causer des cancers notamment dans le milieu professionnel où il se trouve sous forme de poussière à des concentrations très élevées.


Nos cosmétiques ?

Le règlement CE n° 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques mentionne l'obligation d'étiquetage dans le cas de l'utilisation de nanomatérieux.
Il vous suffit donc d'effectuer une vérification de la composition pour pouvoir éviter le dioxyde de titane "ultra fin".
Dans vos cosmétiques maison, vous pouvez utiliser le dioxyde de titane à grain fin, "micro" donc, sans souci, pour vos produits " solaires" ou vos bases de maquillage !

Si vous utilisez du dioxyde de titane, stockez le à l'abri de l'humidité.
Protégez-vous lors de l'utilisation, car cela reste un produit pulvérulent.

Et vous qu'en pensez-vous ?

N'hésitez pas à venir faire un petit tour sur la page : Lilith Cosmétiques