mercredi 28 septembre 2016

Je suis une star ! Maquillage " safe" pour nos enfants







Arrive toujours un moment ou "petite fée" veut faire comme maman.
Elle fait ce regard là, "s'il te plait s'il te plait, du maquillage maman" avec des grands yeux type chat botté.

Du coup, là, maman craque mais maman veut bien faire et ne pas mettre n'importe quoi sur la peau douce de petite fée.
Logique.
Surtout que souvent le maquillage pour enfant, c'est quand même sacrément cracra, si on fait pas attention à ce que l'on prend.
Il y a, de plus, possibilité de faire du bon et simplement.
Ces recettes sont aussi valables pour des maquillages déguisement, surtout sur la base cireuse. Il suffit de changer le dosage de micas.



=> Un base mica.

Le principe est relativement simple : une base avec du beurre de karité/caprylis + une base fard à paupières et du mica.

Vous pouvez trouver une recette de base chez Hindi. Elle est chouette, je ne vois pas l'intérêt de revenir dessus.
En gros :
Mica : 1g
Beurre de Karité : 1 goutte
Caprylis : 3 gouttes
Alcool : 6 gouttes

(l'alcool s'évapore)

Vous pouvez aussi utiliser une base type dioxyde de titane comme celle proposée par La Folie des Senteurs ( dioxyde sans nano-particule) et la mélanger avec du mica.
A cette base, ajoutez du caprylis de manière à humecter, puis compactez.

Vous obtenez donc un fard à paupières compacté, fard à joue...
Image d'illustration

L'avantage de l'utilisation de la base en plus c'est qu'elle peut atténuer un peu le foncé du mica.

=> une base plus " cireuse"

Vous trouvez aussi la recette chez Hindi (décidément!)

Un baume qui peut s'appliquer sur toute les " surfaces" : joues, lèvres, yeux ..




La base est la suivante :
  • Cire d'abeille : 11%
  • Cire de Carnauba : 5%
  • Beurre de Cacao : 10%
  • Caprylis : 48%
  • Huile végétale de sésame : 25%
  • Extrait aromatique : 1% 
A cette base, ajoutez vos micas. 

Vous obtenez un baume coloré !

Si vous souhaitez un maquillage plus "foncé" pour les déguisement par exemple, partez sur la base suivante (Toujours chez Hindi)

– Phase A
Caprilys : 20%
Myristate d’isopropyle : 14%
Beurre de Karité : 10%
Cire d’abeille blanche : 5%
Cire de carnauba : 2% 
– Phase B
Dioxyde de titane : 23%
Talc cosmétique : 10%
Stéarate de magnésium : 11%
Séricite : 5% 

=> Une base aqueuse 

L'avantage est qu'elle permet une application très claire, très légère. 

L'idée est assez simple un FAP sous forme de gelée. (Une de moi quand même !)

Eau déminéralisée  : QSP 100%
Coco Silicone : 2%
Glycérine : 2%
Gomme carraghénane : 1%
Micas : 0,5 %
Conservateur : QSP%

On fait chauffer l'eau, et la gomme en la dispersant bien. On ajoute la glycérine, et le coco silicone, on remue.. On ajoute les micas tant que la préparation est encore liquide pour avoir une gelée bien homogène.
On ajoute le conservateur et on remue régulièrement pour que tout se mélange bien le temps que la gelée prenne.
En séchant, la gelée se "fixe" et se voit surtout selon les jeux de lumières (à voir selon le mica utilisé). 

Et voilà, petite fée peut se prendre pour une star... 


Retrouvez les recettes d'Hindi sur son blog : beautyhandmadeetcompagnie.wordpress.com
Pour de chouettes micas de bonne qualité : La Folie des Senteurs 
A bientôt !

Charlie.

jeudi 22 septembre 2016

Bien Être et Médecines Alternatives : L'Aromathérapie Olfactive.


Avec Le Jardin de Lilith j'ai choisi des créer des bijoux d'aromathérapie, sur le principe de l'aromathérapie olfactive.
Mais de quoi s'agit-il ? Comment cela fonctionne t'il ?


Qu'est-ce que "l'olfaction" ? 

Le Larousse donne la définition suivante : 

Fonction grâce à laquelle les odeurs sont perçues ; odorat."

L'odorat étant :
"Sens permettant la perception des odeurs, dont les récepteurs sont localisés dans les fosses nasales chez les vertébrés, sur les antennes chez les insectes, et qui joue un rôle de premier plan chez la plupart des espèces, tant aquatiques que terrestres."



Pour finir les odeurs : 
"Émanation volatile qui se dégage de quelque chose et que l'on perçoit par l'odorat"




Nos Fosses Nasales 

C'est à dire.. notre nez. 

20 000 litres d'air passent chaque jour par notre nez, donc la troisième fonction est purement olfactive ( les autres sont le conditionnement de l'air, et une fonction immunitaire)
Les fosses nasales contiennent des récepteurs spécialisés dans l'odorat. 
Il s'agit de sorte de "cils olfactifs". 
L'information est donnée au niveau du bulbe olfactif, en passant par le nerf olfactif. 
Elle arrive de manière très rapide. 
En relation avec le cerveau limbique (ou émotionnel), les odeurs que l'on perçoit vont agir sur nos sensations, nos émotions, nos pensées, nos souvenirs ( pensons à la madeleine de Proust, exemple le plus connu !), notre système nerveux. 




Les Avantages de l'aromathérapie Olfactive 


Nous entrons dans l'olfactothérapie, le fait de "soigner" par l'aromathérapie olfactive, principalement émotionnellement. 

L'olfactothérapie est particulièrement adaptée aux états de stress, démotivation, découragement, fatigue mentale, dépression, baisse de moral, motivation, courage.. arrêt du tabac !

Son avantage principal est sa relative innocuité et sa facilité d'utilisation : pas besoin de doser, pas de souci en cas d'autres soins thérapeutique, même si l'on fera attention aux femmes enceintes, asthme, épilepsie, enfants, animaux.. 



Il existe principalement deux types Olfactothérapie : 


L'Olfactothérapie active, avec les diffuseurs par exemple.

L'Olfatothérapie passive avec des supports neutres : pierre, papier, bois, supports poreux, bijoux, tissus.
L'avantage de la technique passive, c'est qu'elle permet une diffusion "constante" plus légère, moins entêtante. La diffusion, elle, doit être contrôlée : un temps limité, en fonction de la pièce, de l'huile essentielle utilisée, des habitants... 
Elle est notamment conseillée pour les thérapeutes qui souhaitent diffuser dans leur cabinet. 
Elle est moins dangereuse pour lui comme pour ses patients. 
En effet, si pour le patient, l'exposition a la durée du rendez-vous, le thérapeute, lui, est exposé continuellement, ce qui peut entrainer un surdosage.

Les bijoux d'aromathérapie passent par une diffusion passive, sur un support neutre qui permet de porter en continu l'HE utilisé sur soi, et de la respirer en cas de besoin. Et même si vous ne le faites pas consciemment, sachez que votre nez lui, va capter continuellement l'odeur et les bienfaits de l'huile essentielle que vous avez utilisée. 



En espérant que cette article vous plaise, 
n'hésitez pas à me suivre sur ma page Facebook : Lilith Cosmétiques 
A bientôt ! 

dimanche 18 septembre 2016

Histoire des Cosmétiques : Episode 1.


En tant qu'historienne - 5 ans de fac d'Histoire, ça marque - il me semblait évident à un moment ou un autre de vous parler de l'histoire des cosmétiques.
Pourtant, c'est une série d'articles que j'ai mis un peu de temps à commencer, et cela, pour deux raisons.



Une personnelle : parler d'histoire, c'était retrouver une importante partie de ma vie, mais aussi très probablement "retomber" dans des travers rédactionnels qui n'étaient pas forcément indispensables pour des articles de blogs.
Bien évidemment, le soin apporté aux articles est toujours importants, avec recherches et croisements des sources.
Mais à quel point devais-je pousser le vice ?




Une plus terre à terre : la difficulté de trouver des sources en tant que "profane" et le manque de temps dont je dispose actuellement qui ne me permettait pas d'écumer les bibliothèques.

Les sources que nous avons sont relativement éparpillées ; il existe certains ouvrages, mais c'est un sujet assez récent, la majorité des ouvrages scientifiques datant des années 90-2000. De même la cosmétique est souvent traitée au passage, comme dérivée d'autres sujets : médecine, thermes, iconographies, matériel archéologique, mais rarement traitée en elle-même.



Nous avons donc des études contemporaines, catalogues d'expositions, des sources littéraires anciennes, telles que Galien, médecin de Marc Aurèle et de Commode qui distingue la cosmétique de "l'hygiène", "l'art de la toilette", la "Kosmètikè tekhnè" et la cosmétique du maquillage, la "kommôtikè tekhnè" en ne cachant pas un certain dédain pour la seconde  et des sources imagées : peintures, sculptures et matériel archéologique.





Les progrès de l'archéologie ont cependant permis une très intéressante évolution : celle de la possibilité d'évaluer chimiquement fards et onguents parvenus jusqu'à nous,
nous informant ainsi de leur composition sans abîmer le matériel d'étude ; nous avons pu voir que les cosméticiens-cosmétologues-fabricants étaient loin d'être des ignorants sur le sujet.





Ensuite comment aborder le sujet ? Remonter le temps ? Partir des origines ? Réaliser un découpage thématique ?
En 2009, le musée de Cluny et le musée national de la Renaissance - château d'Ecouen ont organisé une exposition intitulée
" Le Bain et le Miroir " 
Cette exposition, qui réunissait de nombreuses oeuvres venues de toute l'Europe, était "l'occasion d'articuler et de mettre en regard les dernières découvertes sur la composition des cosmétiques et autres produits de soins, les objets destinés à les contenir et la remise en contexte de leur utilisation sur le corps."*
L'exposition était ainsi réalisée de manière thématique " Le bain et le Miroir " mais aussi avec une séparation temporelle : L'antiquité et le Moyen Âge d'une part et la Renaissance de l'autre.
De cette exposition est évidemment sorti un ouvrage, réunissant articles et catalogue.
Ce livre fut une véritable révélation et un émerveillement pour moi.



J'ai donc décidé pour ces articles de partir sur un ce "modèle" ; séparant à la fois temporellement et de manière thématique.
Nous essayerons de nous caler donc sur cette séparation "toilette/mise en beauté" au maximum, tout en partant des "origines" pour arriver à nos jours.
Certains articles porteront sur un sujet précis : quelle composition pour les baumes ? Quels maquillages ? Quels parfums ? Que dire des teintures pour cheveux ? Quels objets pour quelle utilisation ?...
Les sujets ne manquent donc pas ; le but n'est pas de vous endormir et de vous assommer d'information, mais bien de rendre tout ça ludique, imagée, et de vous faire partager le recoupement de deux de mes passions : la cosmétique, et l'histoire.

J'espère que ces articles vous plairont.

A bientôt,
Charlie